accueil

Notre-Dame de Chrétienté - pèlerinage de Pentecôte de Notre-Dame de Paris à Notre-Dame de Chartres

     
 

mardi 28 mars 2017

Vidéoformation NDC n°54: Ce que Notre-Dame a dit aux Français

Entretien avec Anne Bernet,
historienne.


Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté avec sa "fiche résumé" accompagnée d’une bibliographie pour aller plus loin.

Fiche résumé:

vf54-video-mini.jpg » lien direct vers la vidéo




vendredi 24 mars 2017

Récollection des Régions Nord et Normandie

20170311BlasonNormandie.pngLa récollection jointe des deux Régions, Nord et Normandie, samedi 11 mars à Rouen, a été, au témoignage de tous, participants et organisateurs, une superbe journée. Elle a été marquée par une ambiance de grande amitié jointe au sérieux du travail. Occasion de faire la connaissance de beaucoup de nouveaux, cadres comme simples pèlerins.


20170311RecollectionNormandiePhoto1.jpg
Cette deuxième édition commune a été accueillie à Rouen par le Chanoine Waché de Corbie, de l'Institut du Christ-Roi. Les 19 participants ont profité des enseignements de l'aumônier général du Pèlerinage, l'abbé Garnier. Tous ont été impressionnés par le thème choisi pour 2017, et ont pris de fermes résolution pour préparer ce thème et recruter de nombreux pèlerins dans leurs chapitres respectifs.






20170311RecollectionNormandiePhoto5.jpg




Classiques de la vie spirituelle : l'Imitation de Jésus-Christ

20170319Imitation.jpg"L'Imitation de Jésus-Christ" est le livre le plus imprimé au monde après la Bible. On vient et revient sans cesse à ses courtes et frappantes sentences. Elles ont alimenté la vie spirituelle des générations qui nous ont précédés (en particulier en France sous la forme des "manuels du chrétien").
Ne laissons pas un tel trésor prendre la poussière. Faisons-en un compagnon habituel.

Livre II - Chapitre 6 (extraits)

De la joie d’une bonne conscience


1. La gloire de l’homme de bien est le témoignage de sa conscience. Ayez la conscience pure, et vous posséderez toujours la joie. La bonne conscience peut supporter beaucoup de choses, et elle est pleine de joie dans les adversités. La mauvaise conscience est toujours inquiète et troublée. Vous jouirez d’un repos ravissant, si votre coeur ne vous reproche rien. Ne vous réjouissez que d’avoir fait le bien. Les méchants n’ont jamais de véritable joie, ils ne possèdent point la paix intérieure, parce qu’il n’y a point de paix pour l’impie, dit le Seigneur. Et s’ils disent : Nous sommes dans la paix, les maux ne viendront pas sur nous ; et qui oserait nous nuire ? ne les croyez pas, car la colère de Dieu se lèvera soudain, et leurs oeuvres seront réduites à rien, et leurs pensées périront. (...)

3. Il sera aisément en paix et content, celui dont la conscience est pure. Vous n’êtes pas plus saint parce qu’on vous loue, ni plus imparfait parce qu’on vous blâme. Vous êtes ce que vous êtes, et tout ce qu’on pourra dire ne vous fera pas plus grand que vous ne l’êtes aux yeux de Dieu. Si vous considérez bien ce que vous êtes en vous-même, vous vous embarrasserez peu de ce que les hommes disent de vous. L’homme voit le visage, mais Dieu voit le coeur. L’homme regarde les actions ; mais Dieu pèse l’intention.
Faire toujours bien, et s’estimer peu, c’est le signe d’une âme humble. Ne vouloir de consolation d’aucune créature, c’est la marque d’une grande pureté et d’une grande confiance intérieure.




Retraites de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier

FSVF

Retraites du Rosaire :

Retraite du Rosaire : "Jésus revivant dans l'âme par l'action de Marie". Retraite de 4 jours prêchée par deux Pères de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier. Un itinéraire spirituel accessible à tous, à partir des 15 mystères du Rosaire.

  • 19 au 23 avril 2017 à Saint Maximin (83)
  • 17 au 22 juillet 2017 à Notre-Dame du Chêne (72) (retraite de 5 jours avec les mystères lumineux)
  • 21 au 25 août 2017 au Foyer de Charité de Poissy (78).

Renseignements : 02 43 98 64 25 et www.chemere.org

Sessions de préparation au mariage

Sessions de préparation au mariage par le Père Raymond-Marie Puibaraud. A Poissy (78), les 6 et 7 mai 2017. Inscription et renseignements sur www.chemere.org.




jeudi 23 mars 2017

Le calendrier de l'Oeuvre des Retraites de la Fraternité Saint Pierre

Retraites selon la méthode des Exercices spirituels de Saint Ignace

2011.02.02_FSSP_St._Ignace.jpg2011.02.02_FSSP.jpgavec les prêtres de la Fraternité Saint Pierre






Retraites de l'Institut du Christ Roi

ICRSPRetraites Salésiennes

Avec l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre

  • du 4 au 7 avril 2017, chez les sœurs adoratrices en Suisse.
  • du 18 au 21 juillet 2017 A Gricigliano, au séminaire de l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre (près de Florence, en Italie).
  • du 25 au 28 juillet 2017, chez les soeurs Adoratrices en Allemagne.

Plus d'information sur www.retraites.icrsp.org




mercredi 22 mars 2017

Retraites de l’Institut du Bon Pasteur

Retraites de l’Institut du Bon Pasteur

Les exercices de Saint-Ignace ont lieu à Notre-Dame du Chêne, 2 rue des Bleuets, 72300 VION (Sarthe). Les retraites s’adressent aux hommes comme aux femmes (mixte) à partir de 17 ans, et aux couples.
Dates:

  • Mars : du lundi 27/02 au vendredi 03/03/2017
  • Avril : du lundi 03 au vendredi 07/04/2017
  • Mai : du lundi 08 au vendredi 12/05/2017
  • Juin : du lundi 12 au vendredi 16/06/2017
  • Juillet : du lundi 10 au vendredi 14/07/2017
  • Août : du lundi 31/07 au samedi 05/08/2017
  • Septembre : du lundi 04 au samedi 09/09/2017.

Renseignements et inscriptions. : Retraites IBP c/o Mme Picarda 24 rue Saint Paul F-75004 PARIS
-Tel : 09 83 28 27 42 - http://retraites.institutdubonpasteur.org




Lundi 20 mars 2017

Retraites au Barroux

Retraites pour messieurs
L'abbaye Sainte-Madeleine vous propose des retraites ou des récollections pour vous permettre d'approfondir votre foi chrétienne et vous en faire découvrir les richesses spirituelles.
Durant quelques jours, vous pouvez laisser de côté les soucis du monde pour vous tourner vers l'essentiel qui est de mieux connaître Dieu pour mieux l'aimer et le servir.
Les retraites durent cinq jours et les récollections deux ou trois jours.
Dates:

  • retraite de saint Ignace (pour jeunes gens) vendredi 28 avril (soir) au mercredi 3 (midi) mai 2017. (prêchée par un prêtre de l'extérieur et par un moine).
  • récollection du vendredi 19 (19h00) au dimanche 21 mai (17h30) 2017.
  • retraite du mardi 7 (17h30) au dimanche 12 (13h30) novembre 2017.

Dates des retraites et inscriptions sur www.barroux.org




Dimanche 19 mars 2017

L’angélus de midi pour la France et pour la paix du 25 mars au 15 août

20170320SanctuairesprientpourlaFrance.pngDes recteurs de sanctuaires français coordonnent leurs actions de prière pour l’avenir de notre pays. Les élections présidentielles et législatives à venir en sont une étape importante, mais notre prière se poursuivra au delà des élections. C’est pourquoi le réseau « Des sanctuaires prient pour la France » propose de retrouver jusqu’au 15 août 2017 l’origine de la prière de l’Angélus de midi en l’offrant pour la paix, en particulier dans notre pays.



Prier l’Angélus de midi pour la France et pour la paix

D’abord prié uniquement le matin puis le soir, c’est en 1472 que Louis XI prescrit à tout son royaume l'extension de l'Angélus à midi, et demande qu'à cette heure-là l'intention de prière soit la paix.
L'Angélus reprend 3 versets bibliques, véritables résumés la foi chrétienne, empruntés à saint Luc :

  • « L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie. - Et elle conçut du Saint-Esprit. » (Luc 1, 26-28),
  • « Voici la Servante du Seigneur. - Qu’il me soit fait selon ta parole. » (Luc 1, 38),
  • et au prologue de saint Jean « Et le Verbe s’est fait chair. – Et il a habité parmi nous.» (Jean 1, 14),

suivi chacun par un Je Vous Salue Marie.

On termine par une prière très ancienne, l’oraison du 4ème dimanche de l’Avent, résumé de notre cheminement spirituel :
« Que votre grâce Seigneur se répande en nos cœurs ; par le message de l’ange, Vous nous avez fait connaître l’Incarnation de votre Fils bien-aimé ; Conduisez-nous, par sa Passion et par sa Croix, jusqu’à la gloire de sa Résurrection.»

Une nuit de prière du 14 au 15 août 2017 dans nos sanctuaires

Notre prière commune se terminera par des veillées de prière dans nos sanctuaires, la nuit du 14 au 15 août 2017, veille de la fête de l’Assomption de Marie, patronne principale de la France.

Les 16 recteurs membres du réseau au 14 septembre 2017 :
Cotignac
Jérusalem Sainte Anne
Laghet
Le Puy-en-Velay - ND de France
Le Puy en Velay - St Joseph
L’Ile-Bouchard
Lorette Italie
Notre-Dame du Chêne
Notre-Dame de Cléry
Paray-Le-Monial
Paris (Cathédrale Notre-Dame)
Paris (Notre-Dame du Perpétuel Secours)
Paris (Notre-Dame des Victoires)
Pellevoisin
Pontmain
Rocamadour

La prière officielle du réseau :


Sainte Vierge Marie, Notre-Dame,

Vous avez porté depuis des siècles un regard d’amour sur le pays de France et sur le peuple français. Vous l’avez protégé et aidé de mille manières et vous avez manifesté à de nombreuses reprises votre présence sur cette terre. Malgré toutes leurs faiblesses et leurs péchés, les chrétiens de France vous ont montré souvent leur tendresse et leur confiance. Ainsi, un pacte d’affection s’est créé entre la France et vous-même, déterminant de la sorte un chemin privilégié vers le Cœur de votre Fils Jésus.

Aujourd’hui, Vierge Sainte, nous tournons nos regards vers vous avec plus d’insistance. Vous savez que dans notre pays, comme dans le monde entier, se joue l’avenir de l’être humain, de la famille, et de la civilisation et de la vie. Vous voyez que les forces de destruction de l’homme sont à l’œuvre comme jamais, séduisant les esprits et les cœurs. Vous êtes la femme de l’Apocalypse qui, avec l’aide des anges, combattez le démon. Prenez-nous en pitié. Ne nous abandonnez pas dans le combat. Ecoutez les humbles prières que nous faisons monter vers vous avec un cœur d’enfant. Permettez que la vérité, la pureté, la foi, l’union des cœurs triomphent chez nous, non pour nous glorifier nous-mêmes, mais pour servir dans le monde entier, avec générosité, Jésus Sauveur des hommes, votre divin Fils. Faites de nous des hommes et des femmes courageux et fervents, dignes de leurs pères et préparant des générations futures qui continueront l’œuvre de l’amour dans notre pays et sur toute la terre.

Amen.




vendredi 17 mars 2017

Classiques de la vie spirituelle : l'Imitation de Jésus-Christ

20170319Imitation.jpg"L'Imitation de Jésus-Christ" est le livre le plus imprimé au monde après la Bible. On vient et revient sans cesse à ses courtes et frappantes sentences. Elles ont alimenté la vie spirituelle des générations qui nous ont précédés (en particulier en France sous la forme des "manuels du chrétien").
Ne laissons pas un tel trésor prendre la poussière. Faisons-en un compagnon habituel.

Livre I - Chapitre 23 (extraits)

De la méditation de la mort


1. C’en sera fait de vous bien vite ici-bas : voyez donc en quel état vous êtes. L’homme est aujourd’hui, et demain il a disparu, et quand il n’est plus sous les yeux, il passe bien vite de l’esprit. O stupidité et dureté du coeur humain, qui ne pense qu’au présent, et ne prévoit pas l’avenir ! Dans toutes vos actions, dans toutes vos pensées, vous devriez être tel que vous seriez s’il vous fallait mourir aujourd’hui. Si vous aviez une bonne conscience, vous craindriez peu la mort. Il vaudrait mieux éviter le péché que fuir la mort. Si aujourd’hui vous n’êtes pas prêt, comment le serez-vous demain ? Demain est un jour incertain : et que savez-vous si vous aurez un lendemain ?

2. Que sert de vivre longtemps, puisque nous nous corrigeons si peu ? Ah ! Une longue vie ne corrige pas toujours ; souvent plutôt elle augmente nos crimes. Plût à Dieu que nous eussions bien vécu dans ce monde un seul jour ! Plusieurs comptent les années de leur conversion ; mais souvent, qu’ils sont peu changés, et que ces années ont été stériles ! S’il est terrible de mourir, peut-être est-il plus dangereux de vivre si longtemps. Heureux celui à qui l’heure de sa mort est toujours présente, et qui se prépare chaque jour à mourir ! Si vous avez vu jamais un homme mourir, songez que vous aussi vous passerez par cette voie. 8. Qui se souviendra de vous après votre mort, et qui priera pour vous ? Faites, faites maintenant, mon cher frère, tout ce que vous pouvez, car vous ne savez pas quand vous mourrez, ni ce qui suivra pour vous la mort. Tandis que vous en avez le temps, amassez des richesses immortelles. Ne pensez qu’à votre salut, ne vous occupez que des choses de Dieu. Faites-vous maintenant des amis, en honorant les saints et en imitant leurs oeuvres, afin qu’arrivé au terme de cette vie, ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels.

9. Vivez sur la terre comme un voyageur et un étranger à qui les choses du monde ne sont rien. Conservez votre coeur libre et toujours élevé vers Dieu, parce que vous n’avez point ici-bas de demeure permanente. Que vos gémissements, vos larmes, vos prières, montent tous les jours vers le ciel, afin que votre âme, après la mort, mérite de passer heureusement à Dieu.




Vidéoformation NDC n°53: quelques interventions de Notre-Dame en France,et la très belle histoire de Notre-Dame de Liesse

Entretien avec Anne Bernet,
historienne.


Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté avec sa "fiche résumé" accompagnée d’une bibliographie pour aller plus loin.

Fiche résumé:

vf53-video-mini.jpg » lien direct vers la vidéo




mercredi 15 mars 2017

Récollection de la Région Est

20170312BBenedictionbanniere.jpgLa Région Est a fait carton plein pour sa récollection le week end dernier : près de cent participants pour ces journées de prière, d'étude et d'amitié. l’aumônier régional était assisté de deux autres confrères pour les exposés.

La veillée s'est déroulée dans une ambiance "Chœur Montjoie-Saint Denis", autour des chants et du buffet.
Le dimanche Messe solennelle à la basilique de Fontaine-lès-Dijon, lieu de naissance de Saint Bernard, avec bénédiction de la nouvelle bannière du chapitre saint Bernard -sainte Elisabeth de la Trinité (canonisée le 16 octobre 2016 par le pape François).

Ces deux journées ont réchauffé les coeurs et fait beaucoup de bien à tous.

20170312Dentree.jpg




vendredi 10 mars 2017

Pèlerinage de Pentecôte 2017 : 3, 4 et 5 juin » ouverture des inscriptions le 9 avril

Pèlerinage de Pentecôte 2017 : 3, 4 et 5 juin

Toutes les informations pratiques sur cette page.




À propos du totalitarisme et de la terreur - un article de Joël Hautebert dans "l'Homme Nouveau"

20170311HommeNouveauCouv.png

Joël Hautebert - "l'Homme Nouveau" n° 1634 du 11 mars 2017


Dans ses encycliques Veritatis splendor (nn. 99 et 101) et Evangelium vitæ (nn. 20 et 96) publiées en 1993 et en 1995, le saint pape Jean-Paul II dénonçait la possible dérive totalitaire des démocraties modernes. Ces fermes mises en garde suscitèrent bien des réactions d’émoi. D’aucuns ont pu penser et pensent encore que les propos du pape faisaient preuve d’un anachronisme coupable ou bien qu’ils révélaient un défaut de rigueur conceptuel par l’emploi inapproprié du substantif « totalitarisme ». Telle n’est pas notre opinion, car il nous semble au contraire que la culture de mort revêt un caractère systémique dans nos régimes contemporains, similaire à ce que l’on a pu observer dans le passé. Pour s’en convaincre, il convient de reprendre l’une des analyses les plus perspicaces du système totalitaire, celle proposée par Hannah Arendt dans les années 1950, à partir des expériences politiques national-socialiste et soviétique.

Aux yeux de la célèbre philosophe juive allemande, le concept de totalitarisme repose essentiellement sur les deux critères suivants : l’idéologie et la terreur. L’idéologie est présentée comme le moteur du régime, c’est-à-dire ce qui fait agir tant les gouvernants que les citoyens. La terreur correspond à la nature du régime, ce qui le fait être, comme on peut dire que la nature de la monarchie consiste dans le fait qu’elle soit dirigée par un roi, l’aristocratie par une élite, etc. Conséquence selon Hannah Arendt de la faillite du sens commun, l’idéologie est un système d’explication du monde déconnecté du réel et de l’expérience. Les idéologies totalitaires, révolutionnaires, sont progressistes car elles énoncent l’idée d’un mouvement permanent, fondé sur des lois prétendument scientifiques, celle de la « nature » (1) (évolutionnisme de Darwin appliqué à la race), d’un côté et celle de l’histoire, de l’autre (marxisme).

La définition de la terreur est particulièrement fine puisque selon cet auteur, elle a pour mission d’affranchir les processus énoncés par l’idéologie de tous les obstacles qu’ils peuvent rencontrer… y compris l’homme lui-même. À l’inverse des exécutions d’opposants auxquelles recourent les régimes autoritaires, la terreur est permanente et vise tout le monde, principalement des innocents. Selon Hannah Arendt, « cette humanité (l’homme nouveau, but ultime des idéologies), qui constitue à la fois le produit ultime et l’incarnation du mouvement de la Nature ou de l’Histoire, demande des sacrifices continuels – l’élimination constante de classes ou d’éléments raciaux hostiles, parasites ou malsains – afin de conquérir son éternité meurtrière ». (2) La terreur exécute les verdicts de mort dictés par l’idéologie. La liquidation de masse est donc intrinsèque au système totalitaire. Il en résulte que « le totalitarisme ne tend pas vers un monde despotique sur les hommes, mais vers un système dans lequel les hommes sont superflus».(3) Cette phrase synthétise la quintessence du totalitarisme selon Hanna Arendt, qui a le mérite de définir un système politique inconnu jusqu’alors, dont les caractéristiques ne résultent pas du seul contexte social et politique, car d’autres idéologies peuvent devenir totalitaires.

À la lecture des deux encycliques citées, les allusions explicites de saint Jean-Paul II au totalitarisme ne sont pas éloignées du schéma qui vient d’être présenté, même s’il est question des démocraties occidentales. En effet, les divers paragraphes traitant du sujet mentionnent le relativisme éthique et la culture de mort à travers les lois autorisant l’avortement et l’euthanasie, formes nouvelles d’idéologie et de terreur de masse au sein d’un système politique.
Si l’idéologie s’exprime aujourd’hui différemment, elle garde ses traits caractéristiques à travers le relativisme éthique contemporain : déconnexion du réel, progrès linéaire et mouvement permanent. La société change nous dit-on, elle évolue, il n’y a pas de nature humaine et tous nos comportements sont des conditionnements sociaux, tous sujets aux mutations. Les sciences sociales fournissent aujourd’hui l’ossature intellectuelle de la « scientificité prophétique », annonçant des lendemains forcément meilleurs, quoique indéfinis. Ce processus justifie la phase nouvelle de la révolution anthropologique au service de l’émancipation narcissique des volontés pures, autrement dit au service du « droit à ». Quant à la terreur, elle ne s’exprime pas forcément par des camps ou des fusillades de masse. Puisqu’elle consiste à affranchir le processus de tous les obstacles qu’il peut rencontrer, les nouvelles victimes innocentes par excellence sont les enfants conçus non encore nés, dont la possible liquidation est déjà prononcée par les grandes « avancées » du mouvement progressiste émancipateur, comme le soi-disant droit des femmes à disposer de leur corps. Combien de morts depuis quarante ans en France ? Combien dans le monde entier ? Rendons-nous à l’évidence, dans nos démocraties occidentales aussi les êtres humains sont superflus. Cette réalité légale n’a rien d’accidentelle puisqu’elle est idéologiquement justifiée et qu’elle constitue toujours un sujet majeur de la vie politique française. Pire, il faut toujours plus d’avortements, comme si les « sacrifices continuels » étaient la règle intrinsèque au système.

La légalisation de l’euthanasie dans de nombreux pays d’Europe vient offrir de nouvelles victimes. Rien de tel pour faire comprendre aux impotents, faibles et vieillards superflus que leur « sacrifice » est vivement souhaité. « Lorsqu’il est parvenu au calme bien connu qui est celui des cimetières, le totalitarisme, loin d’être satisfait, transforme aussitôt et avec une vigueur accrue l’instrument que constituait la terreur en une loi objective du processus » (4) précisait Hannah Arendt. La transposition de cette analyse du phénomène totalitaire aux temps actuels n’a, hélas !, rien d’incongrue. Quand on y réfléchit un peu, ce n’est pas l’homme qui se libère aujourd’hui, mais le processus révolutionnaire qui s’affranchit de l’humanité. Quelles seront les prochaines victimes ?

Joël Hautebert

1. Qui n’a strictement rien à voir avec la conception classique de la loi naturelle ou du droit naturel.
2. La nature du totalitarisme, p. 101, Payot, 1990. Rééd. 2006, 176 p., 22,50€.
3. Le système totalitaire, p. 274, Seuil, 2005, 384 p., 9,80 €.
4. La nature du totalitarisme, op. cit., p. 106.




mercredi 08 mars 2017

Les vidéo-formations de Notre Dame de Chrétienté présentées sur Radio Courtoisie

20170308RadioCourtoisie2.jpgXavier Hennequart était invité pour présenter le programme de formation de Notre Dame de Chrétienté.

Pour écouter l'émission cliquer sur ce lien (à partir de la 33ème minute)




mardi 07 mars 2017

Vidéoformation NDC n°52: Quels sont les liens entre Notre-Dame et la France?

Entretien avec Anne Bernet,
historienne.


Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté avec sa "fiche résumé" accompagnée d’une bibliographie pour aller plus loin.

Fiche résumé:

vf52-video-mini.jpg » lien direct vers la vidéo




mercredi 01 mars 2017

Nous sollicitons vos prières en ce jour de Mercredi des Cendres

strochu.jpgChers Amis,

Je viens demander vos prières pour le jeune Stanislas Trochu, âgé de 11 ans, sizenier à la meute 23ème Versailles. Il a été renversé hier par une voiture, et se trouve actuellement entre la vie et la mort.

Nous demandons pour lui, par Notre Dame, le rétablissement, selon la volonté de Dieu. Pour sa famille, nous demandons la grâce du courage et de l'acceptation de cette épreuve.

Je vous propose de joindre cette intention au temps de Carême, à la prière et au jeûne de ce jour.

Mon Dieu,
Vous savez tout,
Vous pouvez tout,
et Vous nous aimez.
Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

Abbé Garnier
Aumônier Général




samedi 25 février 2017

Vidéoformation NDC n°51: Les 3 principales représentations de la Sainte Vierge Marie à Chartres

Entretien avec Mgr Michel Pansard,
évêque du diocèse de Chartres.


Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté avec sa "fiche résumé" accompagnée d’une bibliographie pour aller plus loin.

Fiche résumé:

vf51-video-mini.jpg » lien direct vers la vidéo




mercredi 22 février 2017

Religion, Patrie, Identité - une réflexion du Père de Blignières

20170222PdeBlignieres.jpgLe plan de salut de Dieu aboutit à une religion dont le nom indique qu’elle est universelle : le catholicisme. Mais il commence par un homme (Abraham), un peuple (le peuple juif), une Loi (celle de Moïse). Dieu se coule dans une culture, et y tolère les rudes mœurs de l’Orient antique. En mettant un groupe singulier à part, il prépare la venue du plus singulier parmi les hommes : Jésus-Christ. La gloire fondamentale du peuple juif est de préparer singulièrement l’avènement de l’ouverture universelle maximale en l’Homme-Dieu (cf. Rm 9, 1-5). « Le monde n’est ouvert qu’à un endroit : en Jésus-Christ » (Romano Guardini, Le Seigneur).

Transcendance de la grâce et identités naturelles

Cette façon d’agir de Dieu manifeste que l’ordre surnaturel n’est réductible à aucun des aspects de l’ordre naturel. Dieu fait élection de tel peuple pour introduire dans le monde, comme un don – non comme le fruit d’un progrès de la civilisation –, le Royaume de la grâce. La grâce, qui ne sort pas de la nature, peut imprégner des formes culturelles diverses, sans rien perdre de sa transcendance. Loin de gommer les identités nationales, la grâce les assume et les purifie… avec plus ou moins de bonheur, en fonction de l’harmonie plus ou moins grande de cette civilisation avec la loi naturelle. Ainsi « la rencontre du message biblique et de la pensée grecque n’est pas un hasard » (Benoît XVI, Discours à Ratisbonne, 17 septembre 2006).

Quand saint Paul dit : « Il n’y a ni Juif ni Grec, il n’y a ni esclave ni homme libre, il n’y a ni homme ni femme ; car tous vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus » (Ga 3, 28), l’égalité qu’il évoque se réalise dans le Christ Jésus. Il ne nie pas les différences et la complémentarité entre l’homme et la femme (cf. 1 Co 11, 3-9 ; Ep 5, 23). Et l’égalité fondamentale des Juifs et des Grecs ne s’oppose pas au fait d’assumer leur diversité culturelle : « Avec les Juifs, j’ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs ; avec ceux qui sont sous la Loi, comme si j’étais sous la Loi, afin de gagner ceux qui sont sous la Loi » (1 Co 9, 20-21).

L’enseignement du Christ et de saint Paul

Le Christ affirme que l’ordre naturel est pleinement assumé par lui. « Je ne suis pas venu abolir mais accomplir » (Mt 5, 17), notamment le Décalogue, avec son quatrième commandement qui inculque la piété envers les parents et la patrie.

« Ce commandement implique et sous-entend les devoirs des parents, tuteurs, maîtres, chefs, magistrats, gouvernants, de tous ceux qui exercent une autorité sur autrui ou sur une communauté de personnes. (…) Le quatrième commandement de Dieu nous ordonne aussi d’honorer tous ceux qui, pour notre bien, ont reçu de Dieu une autorité dans la société. Il éclaire les devoirs de ceux qui exercent l’autorité comme de ceux à qui elle bénéficie. (…) L’amour et le service de la patrie relèvent du devoir de reconnaissance et de l’ordre de la charité » (Catéchisme de l’Église catholique, nn° 2199, 2234 et 2239).

La vertu de piété, annexe de la justice, si importante dans le monde antique, n’est donc nullement abolie par la révélation. « Que toute âme soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent ont été instituées par lui. (…) À qui l’impôt, l’impôt ; à qui le tribut, le tribut ; à qui la crainte, la crainte ; à qui l’honneur, l’honneur » (Rm 13, 1 et 7).

« L’homme est constitué débiteur à des titres différents vis-à-vis d’autres personnes, selon les différents degrés de perfection qu’elles possèdent et les bienfaits différents qu’il en a reçus. (…) Après Dieu, l’homme est surtout redevable à ses père et mère et à sa patrie. (…) Dans le culte de la patrie est compris le culte de tous les concitoyens et de tous les amis de la patrie. C’est pourquoi la piété s’étend à ceux-là par priorité » (Saint Thomas d’Aquin, Somme de théologie, 2a 2æ q. 101, a. 1).

La manière d’agir du Christ

Jean-Baptiste, le Précurseur, s’inscrit dans l’ordre de la société de son temps. Aux collecteurs d’impôts et aux soldats, il ne recommande pas de sortir violemment des « structures de péché », ni de se retirer au désert comme les esséniens, mais d’accomplir avec justice la mission qui leur est confiée (cf. Lc 3, 12-14).

Le Christ, tout en prêchant un Royaume qui ne tire pas son origine de ce monde (cf. Jn 18, 36), recommande l’obéissance aux autorités et le paiement de l’impôt ; il pratique le respect des coutumes de son peuple ; il observe l’intégrité d’une Loi à la fois religieuse, culturelle et politique ; il aime sa famille, ses concitoyens et sa patrie, sur laquelle il a pleuré (cf. Lc 19, 41). « Le Christ a pris part aux noces de Cana, il s’est invité chez Zachée, il a mangé avec les publicains et les pécheurs. C’est en évoquant les réalités les plus ordinaires de la vie sociale, en se servant des mots et des images de l’existence la plus quotidienne, qu’il a révélé aux hommes l’amour du Père et la magnificence de leur vocation. Il a sanctifié les liens humains, notamment ceux de la famille, source de la vie sociale. Il s’est volontairement soumis aux lois de sa patrie. Il a voulu mener la vie même d’un artisan de son temps et de sa région » (Vatican II, Gaudium et spes, n° 32).

Jésus reconnaît le pouvoir des autorités de l’occupation romaine (cf. Lc 20, 25 et Jn 19, 11). Beaucoup de dignitaires de bonne volonté, civils, militaires et religieux, jalonnent l’histoire de sa vie publique, comme celle de Pierre et de Paul. Alors qu’il introduit la religion universelle, Jésus donne un bel exemple d’inculturation.

La grâce élève la nature dans toutes ses dimensions

La grâce ne détruit donc pas la nature ! Elle la purifie et s’en sert comme d’un instrument, dans toutes ses dimensions : famille, cité, profession, amitiés. Dans le recrutement des apôtres, les liens de famille ou de travail ont joué un rôle. André et Simon sont frères. Philippe est de leur ville, Bethsaïda. Jacques et Jean sont frères et associés professionnels de Simon. Le premier miracle a lieu lors d’une noce, fête par excellence de la famille et du village en Orient. Jésus est lié d’une amitié singulière avec une famille : celle de Lazare qu’il ressuscitera et de Madeleine qui sera témoin et apôtre de sa résurrection.

Dans le processus des conversions au christianisme, il y a souvent une préparation par l’amour conjugal, l’amitié, les œuvres, les courants philosophiques, les arts, les réalisations politiques ou sociales – véhiculés par la culture du futur converti. Les chrétiens doivent-ils se monter plus puristes que l’apôtre Paul sur ce chemin vers la foi que peut constituer l’amour de l’homme et de la femme (cf. 1 Co 7, 12-14) ?

On est impressionné par la variété des médiations naturelles que la grâce de Dieu daigne utiliser pour favoriser les conversions. Le grégorien et les primitifs italiens pour Willibrod Verkade (1863-1946) ; les processions de la Fête-Dieu pour Francis Jammes (1868-1938) ; Fra Angelico pour Henri Ghéon (1875-1944) ; l’attitude des catholiques devant la mort et la cohérence de la position catholique sur le magistère pour Kenyon Reynolds (1892-1989) ; la beauté de la messe et l’abnégation des chrétiens dans les bombardements de Londres pour Fred Copeman (1907-1983) ; la mosaïque de Côme et Damien pour Thomas Merton (1915-1968) ; la lecture de Maurras, Barrès et Bergson pour Henri Massis (1886-1970).

Refuser un fidéisme inhumain

S’indigner de ces cheminements comme de marques de duplicité, c’est insinuer que l’Évangile abolit la loi naturelle, qu’il balaye toutes les différences issues de cet ordre. C’est dénier le droit au Saint-Esprit d’utiliser des « signes de crédibilité » pour pénétrer les cœurs de la grâce de la foi. C’est oublier que « l’Église, à cause de son inépuisable fécondité en tout bien , est par elle-même un grand et perpétuel motif de crédibilité et un témoignage irréfutable de sa mission divine » (Vatican I, Constitution dogmatique sur la foi). C’est glisser vers le fidéisme, comme si la foi ne pouvait être préparée par des signes extérieurs. Il y a là quelque chose d’inhumain.

Ce qui s’est passé dans l’histoire des hommes, depuis la venue du Christ, est bien différent : les diverses cultures, en entrant au contact du christianisme, ne se sont pas volatilisées !
« Les chrétiens, venus de tous les peuples et rassemblés dans l’Église, “ne se distinguent des autres hommes ni par le pays, ni par la langue, ni par leur façon de se comporter dans la cité” (Épître à Diognète) ; aussi doivent-ils vivre pour Dieu et le Christ selon les usages et le comportement de leur pays, pour cultiver vraiment et efficacement en bons citoyens l’amour de la patrie, pour éviter cependant de manière absolue le mépris à l’égard des races étrangères, le nationalisme exacerbé, et promouvoir l’amour universel des hommes. Toute apparence de syncrétisme et de faux particularisme sera repoussée, la vie chrétienne sera ajustée au génie et au caractère de chaque culture, les traditions particulières avec les qualités propres, éclairées par la lumière de l’Évangile, de chaque famille des nations, seront assumées dans l’unité catholique » (Vatican II, Ad gentes, nn° 15 et 22)
L’irruption du Royaume de Dieu dans l’histoire fait mesurer aux civilisations et leur valeur, et leur relativité. Elle n’enlève aux cultures, dans leur diversité, rien de ce qui est juste ou même indifférent pour le salut éternel des hommes. « Il n’enlève pas les royaumes temporels, celui qui donne les royaumes célestes » (Vêpres de la fête de l’Épiphanie).
L’homme est complexe, il est corporel et spirituel, et sa spiritualité elle-même est incarnée. La vie chrétienne sort (par les sacrements) de l’âme et du corps de Jésus-Christ, qui a pris toute notre humanité. Cette vie investit toute notre propre humanité. C’est ce que Charles Péguy suggère dans Ève : « Car le surnaturel est lui-même charnel / Et l’arbre de la grâce est raciné profond / Et plonge dans le sol et cherche jusqu’au fond / Et l’arbre de la race est lui-même éternel. »




Lundi 20 février 2017

Dimanche 5 mars: Semi-Marathon de Paris pour les Chrétiens d'Orient

Toutes les informations sur cette page.

- page 1 de 73