> accueil > Le plerinage 2007 > Homlie du lundi de Pentecte

Homlie du lundi de Pentecte


Lundi de Pentecte, 28 mai 2007,

en la cathdrale Notre-Dame de Chartres.

abb Pozzetto Excellence,

Chers plerins de Notre-Dame,

A lheure o par milliers vous tes parvenus au terme de notre 25me plerinage de Chrtient, vritable marche religieuse de tout un peuple , entours par vos saints anges qui vous ont accompagns, cette heure du lundi de Pentecte, trois bougies brlent, dposes par une main anonyme mais pieuse, dans un tout petit village de France devant une statue de la Trs Sainte Vierge Marie. O ? Et pourquoi ? Me demanderez-vous si la fatigue de ces trois journes ne vous berce pas dj du sommeil des enfants

O ? Au Mesnil-Saint-Loup. Ce bourg o il y a 25 ans quelques-uns dentre nous dcidaient de prendre la route entre deux cathdrales et de devenir des marcheurs de Dieu . Beaucoup sont ici ce soir et je les salue avec chaleur, reconnaissance et ma plus vive amiti.

Sous le regard de Notre-Dame de la Sainte Esprance, sous linspiration des frres Henri et Andr Charlier et avec la paternelle prsence du rvrendissime Pre Emmanuel tait fonde ce qui allait devenir le plerinage de Chrtient.

Pourquoi trois bougies devant lautel de Notre-Dame ? Pour rappeler les trois vertus thologales : la Foi, lEsprance et la Charit. Et aussi les trois piliers de Notre-Dame de Chrtient : Chrtient, Tradition, Mission. Thmes bien connus de ceux qui viennent de les approfondir pendant trois jours.

Permettez moi, chers frres plerins, laide de quelques figures, de faire revivre ces 25 annes de plerinage, et dallumer en vous, grce Notre-Dame, le feu de la Pentecte en cette Octave, pour les 25 annes venir.

Premire bougie : celle de la Foi, la vertu que nous avons reu au baptme comme le souligne si bien lancien rituel de ce sacrement, dans un dialogue sublime la porte de lglise : Que demandez-vous lEglise ? La Foi Que vous procure la Foi ? La Vie Eternelle .

Cette foi catholique prche par Notre Seigneur Jsus-Christ sur les routes de Palestine et transmise par lEglise depuis Saint-Pierre jusquau pape Benot XVI. Voil le bien par excellence que nous avons reu de Dieu, de lEglise, de ceux et de elles qui furent nos matres, nos vanglisateurs La foi est transmission, la foi est TRADITION, selon ltymologie : tradere, transmettre.

Mais jentends certains dentre vous se plaindre et gmir : la foi ne nous a pas t transmise, nos livres de catchse ne nous ont plus enseigns les quatre grandes vrits croire, esprer, aimer et la manire de prier.

Que faire devant ce qui reste, 40 ans aprs la clture du concile cumnique Vatican II, lun des drames les plus terribles de la fin du XXme sicle : la non-transmission de la foi catholique dans son intgralit ?

Quitter lEglise, la pratique comme des millions de nos contemporains lont fait quitter le vieux bateau qui prend leau de toutes parts , selon lexpression du cardinal Joseph Ratzinger la veille de devenir le pape Benot XVI. NON ! Car comment alors prtendre participer la restauration de lEglise sans lEglise ! Comment, frres plerins, tre catholiques sans tre romains ? Et alors, surgit dans ma mmoire le premier cardinal romain deux autres sont venus ensuite avoir particip notre plerinage de Pentecte, en 1991 : la grande figure du Cardinal Augustin Mayer, qui visitant les centaines denfants essuya quelques larmes, et nous montra par sa bienveillance, sa prsence et la clbration de la messe latine et grgorienne selon le missel antique, la Paternit et la Maternit de lEglise.

Dans le Bateau-Eglise , nous devons chercher Dieu, chercher Jsus. Permettez-moi de citer notre pape dans son livre paru la semaine dernire en France : Telle est la grande question qui nous accompagnera tout au long de ce livre [pour nous, de cet aprs plerinage] : quest-ce que Jsus a vraiment apport, sil na pas apport la paix dans le monde, le bien-tre pour tous, un monde meilleur ? Qua-t-il apport ? La rponse est simple poursuit le pape Dieu. Il a apport Dieu, le Dieu dont la Face est lentement dvoile depuis Abraham Le Dieu vritable apport aux peuples de la terre. Il a apport Dieu : ds lors, nous connaissons sa Face, ds lors nous pouvons linvoquer. Ds lors, nous connaissons le Chemin que, comme hommes, nous devons prendre dans ce monde. Jsus a apport Dieu et avec Lui la Vrit sur notre origine et notre destine : la Foi, lEsprance et lAmour.

Etre catholique, chers frres, cest tre attach TOUTE la Tradition de lEglise. Une bougie brle devant Notre-Dame de la Saint Esprance afin de nous apprendre transmettre, temps et contre-temps, le trsor que nous avons reu, et EN PARTICULIER celui de la MESSE TRADITIONNELLE, dont le Cardinal Ratzinger disait en 2001 Fontgombault quelle tait un critre de rfrence, refuge pour les fidles, qui dans leurs paroisses ne trouvent plus une liturgie clbre rellement selon les textes autoriss de lEglise Un trsor que vous avez reu de vos pres qui se sont battus pour vous le prserver intact et que vous devez transmettre votre tour, intgralement vos enfants car cest le plus grand et le plus beau moyen de sanctification, particulirement aujourdhui. Mme menac par les sirnes du conformisme, du relativisme ou du subjectivisme dnoncs par Benot XVI, la messe traditionnelle, aujourdhui clbre dans cette cathdrale, doit rester la lumire clatante qui repousse lerreur et nous guide vers le Christ.

La deuxime bougie est celle de lesprance. La petite fille esprance dont a si bien parl Charles Pguy, qui avant nous a march sur cette route, qui, avec Saint Louis, sainte Jeanne dArc, les gants de la Vende catholique et royale, les Cristeros et les Croiss de tous les temps nous appellent vous appellent aimer votre patrie charnelle . Et alors rsonne dans cette cathdrale et avec quelle motion lhistorique sermon du cher pre Dom Grard, fondateur de labbaye du Barroux, moine bndictin, en 1985, dont jai lhonneur de citer ce soir, pour les anciens et surtout pour les plus jeunes si nombreux sous ces votes et sur le parvis de la cathdrale, devant le voile de Notre-Dame, quelques lignes :

Chers amis, nous navons pas peur de la rvolution : nous craignons plutt lventualit dune contre-rvolution sans Dieu ! Ce serait rester enferms dans le cycle infernal du lacisme et de la dsacralisation ! Il ny a pas de mot pour signifier lhorreur que doit nous inspirer labsence de Dieu dans les institutions modernes ! Voyez lONU : architecture soigne, aula gigantesque, drapeaux des nations qui claquent dans le ciel. Pas de crucifix ! Le monde sorganise sans Dieu, sans rfrence son crateur. Immense blasphme ! [] Ce quil y a de plus triste et de plus honteux cest que la masse des chrtiens finit par shabituer ce genre de choses !

Et Dom Grard continuait : Et bien, contre cette apostasie de la civilisation et de ltat qui dtruit nos familles et nos cits, nous proposons un grand remde, tendu au corps tout entier ; nous proposons ce qui est lide-force de toute civilisation digne de ce nom : LA CHRETIENTE. Et il faudrait citer tout le sermon de Dom Grard

La chrtient, combien de fois, loccasion de rencontres mme avec plusieurs de nos vques ne nous a-t-on pas conseill de ne plus employer ce mot, non compris par nos contemporains et mal interprt.

NON POSSUMUS ! Nous ne pouvons pas renoncer proclamer haut et fort ce quest la chrtient. Personne ne pourra et ne peut nous en empcher !

Alors demandons Dom Grard ce quest une chrtient : Ce nest pas seulement la cathdrale, la croisade, et la chevalerie ; ce nest pas seulement lart, la philosophie, la culture, et les mtiers des hommes montant vers le Trne de Dieu comme une Sainte Liturgie. Cest aussi et surtout la proclamation de la royaut de Jsus-Christ sur les mes, sur les institutions, et sur les murs. Cest lordre temporel de lintelligence et de lamour, soumis la trs haute et sainte royaut du Seigneur Jsus ! Cest laffirmation que les souverains de la terre ne sont que les lieutenants du roi du ciel.

Alors, rsonne en nous linterrogation du pape Jean-Paul II ds son premier voyage en France : France, fille ane de lEglise, est-tu fidle aux promesses de ton baptme ?

La troisime bougie qui se consume au Mesnil-Saint-Loup est la plus importante Celle de la Charit. La question que je voudrais vous poser, chers plerins, est la suivante : Votre cur, au terme de cette marche religieuse de trois jours, brle-t-il de lamour mme du cur de Jsus ? Pour vous aider demander dun cur ardent et gnreux, je veux maintenant rappeler ceux qui marchaient avant vous, non pas au Moyen-Age, ni au temps de Pguy, mais depuis 25 ans. Ne pouvant les citer tous, je pense ce soir, la foi intrpide et entire dun Jean, le pre tranquille ; lesprance dun Franois-Xavier, notre ancien prsident, celle dun abb Jean-Michel qui, comme certains dentre nous, a travers cette terrible crise dans lEglise en souffrant beaucoup mais en gardant le regard fix vers les choses den haut comme Notre-Dame de la Sainte Esprance. Mais je pense surtout, en cette cathdrale une petite plerine anonyme et quaujourdhui toute la France connat. Jeanne-Marie, donnes-moi, donnes-nous lAmour qui te faisait crire quelques jours avant ton sauvage assassinat : Jsus, cest Lui le plus important. Jsus, je Te remercie parce que tu as t crucifi pour nous sauver. Jsus, sil Te plait, donnes-moi la force dtre bonne, de faire BEAUCOUP DE SACRIFICES et de rester dans la joie. Merci Jsus !

Ches enfants, chers pastoureaux, chers jeunes, Jeanne-Marie a march avant vous, avec vous sur cette route de foi, desprance et de charit. Et sainte Jeanne dArc, cette figure si pure et si belle que vous aimez invoquer 19 ans, avait termin sa mission, elle avait sauv la France.

Chers jeunes, nattendez pas dtre VIEUX pour remplir la mission que Dieu vous confie. Lanne dernire, Son Excellence Mgr Breton vous a appels rpondre gnreusement lAppel du Seigneur. Quelques-uns lon fait. Ne trouvera-t-on pas, parmi vous, les prtres dont lEglise surtout en Europe a tant besoin, les religieux et les religieuses qui, par toute leur vie, montrent le chemin du ciel leurs contemporains, les chefs que nos pays dancienne chrtient appellent de tous leurs vux.

LEVEZ-VOUS, chers jeunes Dites NON au systme et rpondez votre vocation. Si le Seigneur vous a attirs sur cette ROUTE dAmour, cest pour participer une Nouvelle Pentecte. Vous tes la Gnration-Chartres !

LEglise et nos nations attendent de vous qui tes associs cette grande aventure contemporaine de la Pentecte une rponse lAmour du Christ.

Pour cela, chers jeunes et vous tous, prtres, sminaristes, religieux, religieuses, et adultes de notre plerinage, prenez Marie dans vos vies.

Cest vers Elle que je veux me tourner au terme de ces 25 plerinages et laurore de 25 suivants pour Lui exprimer, avec mon cur de prtre, au nom de tous ceux qui depuis 25 ans ont march derrire Elle, OUI, Lui exprimer un immense et filial MAGNIFICAT.

Je vous invite, plerins de chrtient, plerins de Notre-Dame, ne JAMAIS quitter la main de Marie, ne JAMAIS abandonner la prire quotidienne Marie. Avec tous les grands amoureux de Marie, avec saint Bernard, avec saint Louis Marie Grignon de Montfort, avec le Pre Maximilien Kolbe, avec Jean-Paul II, je vous invite redire Notre-Dame dans le secret de votre cur : Monstra te esse matrem . Montrez-nous, O Marie, que vous tes notre mre, la mre de nos curs, la mre de notre jeunesse et de nos enthousiasmes, la mre de nos familles, la mre de nos patries, la Mater Ecclesiae. Vous tes, O Marie, pour nous et pour toujours : Notre-Dame de la Sainte Esprance.

Abb Franois POZZETTO
Aumnier gnral de Notre-Dame de Chrtient




> accueil > Le plerinage 2007 > Homlie du lundi de Pentecte