> accueil > Le plerinage 2007 > Sermon pour la Pentecte

Sermon pour la Pentecte


abb Jayr Chers amis plerins,

la Pentecte a des airs de chant scout : monte flamme lgre . Une des impressions les plus fortes de la vie scoute, cest la veille autour du feu. Le feu est fascinant comme un tre vivant. Le feu est vif mais on ne peut pas le saisir.

Ainsi en est-il de leffusion de lEsprit Saint. Il nagit pas autrement avec nous : il claire, il brle, il slve. Il est insaisissable, il claire les visages. Quand le bois est noirci, lEsprit Saint sest chapp. Cest exaltant : les bches, cest nous. Toujours consumes. Ce feu de lEsprit Saint sentretient non avec du feu mais avec des bches.

Aujourdhui, jour de la Pentecte, la moins connue des trois personnes de la Sainte Trinit, le Saint Esprit, se fait connatre coup de grand spectacle : violents coups de vent, langues de feu, aptres remplis de lEsprit Saint, prdication, conversions. LEsprit Saint surgissant, transforme tout, se communique mais ne se fait pas voir. LEsprit Saint reste invisible, volatile. Il va, il vient, on ne le voit mme pas. Cest sa manire de faire lui.

LEsprit Saint ne se montre pas, il prside aux choses. Ce sont les choses que lon voit et non pas lui. Pourtant il est l. Depuis le jour de la Pentecte, il est donn lEglise, il la fonde et la fconde et il se rpand partout, par lEglise. Il est donc en nous et il ne demande qu se faire connatre, se montrer mais sa manire lui, si droutante. Son rle nest pas de se faire voir mais de nous faire voir. Il se cache car il met en valeur. Il montre lamour du Pre et du Fils car il est cet amour mme. Cest cela quil montre.

Voil pourquoi lEsprit Saint se prsente comme un feu. LEsprit Saint inspire mais cest nous qui pensons, lEsprit Saint fortifie mais cest nous qui agissons par nous-mmes, lEsprit Saint instruit mais il nous revient de parler. LEsprit Saint surlve ceux qui se confient en lui, il les claire et les pousse agir, agir encore, agir en lui.

LEsprit Saint, flamme de la Pentecte est lanti-Babel. Souvenons nous de la tour de Babel. Elle est une uvre dorgueil et non pas dobissance. Elle est lintelligence humaine, enivre delle-mme et dresse contre Dieu. Le chtiment survient, Dieu disperse les orgueilleux et brouille leur langage. Lorgueil rend la comprhension impossible. Il y a un lien trs mystrieux entre la tour de Babel et la Pentecte : Babel, cest la perte de lintelligence, et le regard avide. La tour est une rupture de parole, un refus de la parole de Dieu au profit de la seule parole humaine. Cet orgueil sera abattu. La Pentecte ou lanti-Babel, cest le langage retrouv. Les aptres prchent dans toutes les langues. Tout le monde les comprend. Le langage devient alors serviteur de la Parole et les langues de feu en sont les tmoins. Lintelligence elle-mme, anoblie en sagesse, don du Saint-Esprit, fait acte dallgeance Dieu.

Nous marchons aujourdhui sous le signe des martyrs cristeros. Ce qui caractrise leur me, cest le courage. Cette vertu du guerrier qui prend le risque dtre bless au combat. Le courage, cest aussi lendurance, cest tenir dans les difficults obstinment et patiemment : une rgle dor pour ces trois jours de plerinage.

La socit dans laquelle nous vivons sefforce dliminer cela, il nexiste plus que limmdiat, le tout, tout de suite, le facile.

De nos jours, il faut faire preuve de courage. Les fidles ont besoin de courage sils doivent supporter avec tnacit une paroisse dessche et morte et des prtres qui ne leur apportent plus grand-chose. Dans lobscurit, dans lignorance du temps que durera lpreuve, sans saigrir si celle-ci se prolonge, surmonter la fatigue et lusure, cest cela qui tmoigne le mieux du courage et qui montre comment il apparat comme un incontournable de lexistence chrtienne. Quand je vous dit cela, je pense aux missions de brousse de lInstitut du Christ Roi au Gabon o nos prtres se dpassent sans compter

Etre chrtien, cest partager cette endurance. Nous sommes placs en cette vie comme en un champ de bataille et nous devons combattre courageusement sans fuir ni tourner la tte en arrire mais plutt en regardant notre capitaine, Jsus, le Christ roi Souverain Prtre qui persvre toujours. Il persvre et ne cesse pas daccomplir la volont de son Pre et notre salut.

Souvent quand ce que nous attendons narrive pas, nous avons tendance nous montrer impatients, on piaffe puis on se dit que le temps est venu de laisser tomber et de soccuper dautre chose. Mais les pres du dsert croyaient que la voie royale vers la saintet tait de rester o lon est, attendre Dieu. Lun deux disait : Si un oiseau abandonne sa couve, les ufs ne pourront clore. Si tu abandonnes ton poste, ta foi se refroidira et se dissoudra . Le chrtien est celui qui combat et qui veille, en attente de Dieu.

Sainte Catherine de Sienne nous reprsente Jsus Christ comme un soldat vulnrable et patient. Il mne une bataille sur la croix, persvrant jusquau bout. Etre chrtien, cest partager cette endurance. LEsprit Saint nest pas quelque puissant superman cleste agissant lchelle cosmique qui pourrait faire irruption dans notre univers comme un hros de western. LEsprit Saint vient de lintrieur, du plus profond de nous-mme, il est, comme le dit Saint Augustin, plus proche de nous que nous-mmes, il vient nous comme un enfant prs de sa mre, il vient dans lintimit de notre me.

La messe nous rappelle sans cesse que le Seigneur est avec nous. Cela nous donne courage : nous ne sommes pas seuls. Le Seigneur est avec nous car il est ressuscit des morts, le Seigneur est avec nous car il nous envoie son Esprit. Nous combattons la peur en refusant lisolement, en construisant une communion. Et ce courage appartient tous les chrtiens par la vertu de leur baptme et pas seulement aux prtres. La joie, la libert et le bonheur dtre chrtien nous donnent part la vie de Dieu. Nous sommes les tmoins de la rsurrection du Verbe et le courage est la vertu qui permet toutes les autres vertus de fleurir.

Plerin de Chartres, il est temps de profiter de la halte spirituelle de cette messe de Pentecte pour remplir ton sac dos, celui de ton me. Au dedans, tu places dabord un dsir profond. Le dsir de ce que, petit petit, tu veux faire de ta vie. Poses-toi la question : tant au plan humain quau plan surnaturel, quaimes-tu faire ? Quest-ce qui habite en toi comme un amour ? Quest-ce qui te finalise et qui te hante comme une passion ralisable ? Est-ce les amis, le don de toi, le dsert, la famille fonder, la vrit transmettre, lamour donner, quaimes-tu faire ? Quaimes-tu tre ? Oses-tu te le dire toi-mme ? Naie pas peur de ton dsir profond. Seuls sont liminer demble les dsirs et les mythes adolescents que lon ne ralise jamais. Ils ne sont quune fuite de soi et du combat de la vie : comme la fameuse croisire autour du monde en interrompant ses tudes ou le dsir dtre carmlite quand on est mre dune famille de sept enfants. Pour le reste, il est rare que les dsirs mentent et trahissent. Il faut simplement quils soient rectifis, purifis, sappuyant sur le bon sens et quils se construisent devant la croix.
Jeune homme, jeune fille, ose aussi te poser la question du sacerdoce ou de la vie religieuse. Naie pas peur dtre embrigad, le Seigneur nembrigade pas, il nenrle pas de force. Pose lui la question sincrement : Seigneur, voulez-vous de moi ?
Le Seigneur nembrigade pas, il donne envie, il fait natre la flamme dans ton me, cette flamme qui te rend heureux ou bien il ne donne pas cette aspiration et rien ne se passe.

Alors, ce dsir profond, il faut le soigner car il est fait pour tre ralis. La Vierge Marie naurait pas t la mre de Dieu si elle navait pas tant dsir, tant attendu, tant espr.

Soigne bien ton dsir profond, et fais le grandir encore. Tu veux faire de ta vie quelque chose de grand, de beau, de vrai, prends a trs au srieux. Et ces trois jours de chrtient, sont l pour te rappeler cette authentique direction de ta vie.

Deuxime rsolution : il faut oser parler, se dire un autre. Le simple fait de vider son sac est toujours librant. Quand on se dit, on chasse la peur, le poids du trop lourd et la rverie. Il faut prendre conseil. Et dailleurs, le conseil est un don du Saint Esprit. Le regard dun autre est toujours utile. Il aide, libre lme. Rien nest plus important que de pouvoir parler, tre cout, entendre parler.

Ce conseil appelle assez naturellement le choix dun directeur spirituel. Cest une aide prcieuse dont on redcouvre aujourdhui les vertus. Ce nest pas un gourou charg de dcider de faon autoritaire la place de lintress. Il est moins quun matre, plus quun guide. Il a la souplesse, lautorit et le dtachement dun pre. Comme le Pre des Cieux, il est exigeant, mais pour duquer la libert des enfants de Dieu. Et cest parce quil est pre quil vite aussi bien lautoritarisme que le maintien dans lenfance. Enfin, il est une perle rare. Saint Franois de Sales dit quil faut le choisir entre mille.

Lorientation dune vie toute entire, une vocation ce nest pas une chose abstraite. Elle est incarne, elle a une histoire. On ne se marie pas avec le mariage, on se marie avec une personne. Il ne faut pas rver sa vie, il faut la vivre comme un chemin de saintet, cest tellement plus vrai.

Plerin, voil de quoi remplir ton sac. Mais noublie pas : tu as pris trois jours pour Dieu. Alors prends le temps, non pas en ne faisant rien ; prends le temps de mrir, de devenir profond, de changer ta vie, de multiplier les lumires et de vivre avec un projet avant de le lancer car le temps ne respecte pas ce que lon fait sans lui.

Voil plerin, tu peux boucler ton sac. Ah ! Joubliais ! Pourrais-tu aussi profiter de cette messe pour te demander nouveau pourquoi nous marchons.
Pour accomplir un exploit sportif doubl dun exploit spirituel avec des gens trop sympas ? Ou avec des gens pas trop sympas, triple exploit ! Non !
Pour obtenir un certificat de bonne conduite chrtienne valable pour un an ? Non plus !
Pour te remonter le moral avant de replonger dans le boulet du boulot et de la grisaille quotidienne ? Non plus !

Je te pose cette question parce que je suis frapp par le pessimisme ambiant. Tout est perdu ! On finit par rver dune le perdue au milieu de locan pacifique, pour se protger de tout, parce quon a peur. Ce pessimisme est malsain, tant sur le plan humain, car tout dsespoir est une absurdit, que sur le plan surnaturel parce quil rvle une absence concrte de foi en la Providence.
On demandait un pre du dsert comment faire pour devenir courageux, il rpondait : Arrtez de vous plaindre .

Alors, pourquoi marchons-nous ? Quelques soient nos motivations profondes, elles se fondent toutes dans lessentiel, dans ce qui nous finalise durant tout ce plerinage de Pentecte : demander le Saint Esprit pour chacun dentre nous, pour nos familles, pour notre pays.

Comment faire ? Le mode demploi, est dans la messe daujourdhui, dans la squence de la messe de Pentecte : Veni, veni Venez, envoyez, remplissez. Cest vous dire quel point cela sadresse des gens comme nous : vides, pauvres, froids, tordus, blesss, souills, nous !

Veni Sancte Spiritus . Arrtons-nous de nous lamenter sur la dgringolade morale de notre pays. Cela ne sert rien ou plutt, cela ne sert que dans lexacte mesure o ce constat nous fait chanter Veni ! , nous fait supplier Veni ! , nous fait marcher Veni ! . Que notre lucidit soit toujours accompagne desprance, sous peine de conduire un dsespoir parfaitement paen.

Sans le Saint Esprit, que sommes-nous ? Nous ne sommes que des pervertis. Cest dit en toutes lettres ! Sans votre puissance divine, il nest rien, en aucun homme, rien qui ne soit perverti. Nous sommes, je cite, et la liste nest pas triste, sordides, c'est--dire sales, souills, arides, blesss, raides, glacs, fausss, dprims, en larmes souvent, et dans la nuit.

Le Saint Esprit nous connat bien ! Et lEglise nous invite demander sans relche le remde correspondant au Saint Esprit : lave, baigne, claire, gurit, redresse, rchauffe, console, un vrai programme de nounou ! Il sagit de la troisime personne de la Sainte Trinit, mais oui ! Du don que le Pre cleste ne refuse jamais quand on le lui demande. Cest crit dans lEvangile ! Demandons-le et, si nous ne sommes pas dhumeur demander, demandons Notre Dame de la Sainte Esprance de former en nous cette prire quil attend pour nous combler car Dieu est le matre de limpossible .Voil pourquoi nous ftons aujourdhui les 25 bougies de notre plerinage ; 25 bougies, 25 flammes. Monte flamme lgre !

Ainsi soit-il !

Abb Jayr
Institut du Christ-Roi Souverain Prtre




> accueil > Le plerinage 2007 > Sermon pour la Pentecte