> accueil > Le plerinage 2006 > samedi

SAMEDI 3 JUIN 2006

SERMON DE
MONSIEUR LABBE NICOLAS BROUWET,
cur de Svres
(Hauts-de-Seine, diocse de Nanterre)







Pour couter l'homlie, cliquez sur le lecteur ci-dessous:


      dure: 9mn


Au nom du Pre et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Notre vie est une marche ; vous le savez, notre vie est un plerinage.
Nous sommes des plerins, nous sommes des voyageurs. C'est notre condition.
Parce que notre vraie demeure est dans les cieux. Nous sommes citoyens du ciel par le baptme. Et tout homme est appel le devenir.
Tout homme est appel prendre le Christ pour chemin et connatre le Pre.
Tout homme est appel faire sa demeure en Dieu et laisser Dieu demeurer en lui.
Cela ne nous dsengage pas vis--vis du monde. Au contraire.
La mission de l'Eglise est de montrer au monde le chemin qui mne au Pre. Elle est de montrer la route ; elle est de dire au monde qui nous entoure que l'homme n'est pas fait uniquement pour travailler la terre mais qu'il est fait d'abord pour lever les yeux vers le ciel et trouver son bonheur dans la louange de Dieu.
Notre vie est une marche. Notre vie est un plerinage.
Et cela nous fait rflchir : un plerinage n'est pas n'importe quelle marche.
Parce qu'une marche peut devenir une errance. Une vie sans but, sans repre, sans boussole, sans appui, sans cap. Une vie vcue au gr des vnements, ballotte par les circonstances, prisonniers de ses motions, attirs par les modes qui changent et les derniers slogans.
On marche, oui, mais on tourne en rond ; au mieux la recherche d'un idal, d'un sens donner sa vie, d'un projet qui tienne ; au pire la recherche d'une idologie, d'un gourou ou d'un combat mener, n'importe lequel, juste pour tenir debout.
Nous savons que beaucoup de nos contemporains ont un coeur qui cherche ; et combien il est urgent qu'ils trouvent sur leur route des tmoins qui leur indiquent le chemin. Mais nous savons aussi combien nous-mmes pouvons nous laisser tenter par l'errance, c'est dire par l'indcision, par la tideur, par les compromissions, par les demi-vrits et les faux-semblant, si nous n'avons pas mis rsolument nos pas dans ceux du Christ.
Notre marche n'est pas n'importe quelle marche. Parce qu'elle peut prendre la forme d'une fuite
Fuite du silence et de l'intriorit, fuite des questions importantes, fuite de notre pass, fuite de la ralit, fuite des engagements pris, en particulier dans la vie conjugale et familiale, fuite dans la fte et les divertissements, fuite dans les voyages et les dplacements, fuite dans la tlvision et le tlphone, fuite dans les dpenses et les crdits, fuite dans l'alcool et dans les drogues, fuite dans le travail et les occupations.
Ces fuites, ces tentatives de fuite, sont de pauvres moyens d'viter de nous remettre face au Christ qui fait la vrit sur notre vie et nous apprend l'affronter.
Notre vie est une marche mais pas n'importe quelle marche. Parce qu'elle peut devenir une course

Course la russite, course aux honneurs du monde, course au pouvoir, course l'accumulation des biens, course la toute-puissance sous toutes ses formes, course une augmentation, course un poste de direction, course au changement tout prix.
Course pour tre admir, clbr, glorifi. Course qui nous puise parce qu'elle tente de calmer un ego qui n'est jamais satisfait ; course qui nous puise parce que le cur de l'homme n'est pas fait pour cela. II est fait pour se dcentrer de lui-mme, accueillir Dieu au centre et donner sa vie le sens d'un amour qui a tout donn, qui a tout offert et qui n'a rien retenu pour lui-mme. C'est prcisment le thme de notre plerinage.

Notre vie est une marche mais pas n'importe quelle marche.
Parce que sans la lumire de l'Esprit Saint, elle peut finir en impasse. Lorsque nous ne savons plus prendre conseil, lorsque nous ne savons plus nous appuyer sur l'enseignement et la sagesse de l'Eglise, lorsque nous ne savons plus prendre le temps de la prire et du ressourcement, lorsque nous ne savons plus vivre au long des jours sous la motion de l'Esprit Saint, lorsque nous finissons par tre notre propre matre et notre propre dieu.
Vous savez que c'est prcisment ce qui arrive au fils prodigue de la parabole
II a voulu cesser d'tre fils en quittant la maison de son pre et en dilapidant l'hritage.
II a voulu vivre pour lui-mme dans l'indpendance, ne voulant compter que sur ses propres ressources, ne voulant tre redevable personne.
Mais ce qu'il a compris, dans son chec, c'est que pour vivre il faut accepter de recevoir la vie, il faut accepter d'tre dpendant, il faut accepter d'aller boire la source, il faut accepter d'tre fils. C'est ainsi qu'il s'est remis en route vers la maison de son pre.
Notre vie est une marche mais pas n'importe quelle marche. Elle est un retour la maison du Pre.
Le plerinage qu'est notre vie est un long retour vers Dieu ; o nous apprenons tre fils et filles bien-aims du Pre,
o nous apprenons vivre en mendiants de l'Esprit Saint, le Pre des pauvres, o nous apprenons nous laisser conduire par l'Esprit de lumire et de vrit.
II y a des moments d'errance ; il y a des tentatives de fuite. II y a des temps de courses effrnes vers les mirages du monde. II y a aussi des impasses.
Mais il y a surtout les bras ouverts du Pre, rendus visibles nos yeux par les bras ouverts du Christ en croix.
II y a la misricorde du Pre qui nous sort de nos errances, de nos impasses, misricorde qui ouvre nos yeux sur nos illusions et nos pauvres calculs, misricorde manifeste dans le sacrement de la confession qui nous est offert tout particulirement pendant ces trois jours de marche et plus prcisment aujourd'hui grce tous les prtres prsents au plerinage.
II y a l'amour de Dieu totalement livr l'homme dans le mystre de la croix, amour qui nous relve, amour qui nous fait vivre debout, amour qui nous remet en marche, amour qui nous fait aller de l'avant, amour qui est lumire pour clairer nos pas, amour jailli du cur transperc du Seigneur amour mis en nos curs par l'Esprit Saint ds cette vie, amour dmesur du Pre qui nous attend au terme de la route.

Au nom du Pre et du Fils et du Saint Esprit. Amen.
haut de page


> accueil > Le plerinage 2006 > samedi