> accueil > Le plerinage 2008 > Homlie du samedi

Homlie du samedi


samedi 10 mai 2008.

Abb Chanut Pour couter l'homlie, cliquez sur le lecteur ci-dessous:




Chers plerins,

La seule question qui importe dans notre vie est celle-ci : aimons-nous le Christ ?

Et lorsque nous nous entendons nous-mme poser cette question nous sommes proches de labme. Qui peut rpondre cela ? Singulirement dans les temps o nous sommes et o tout est bas sur lillusion, sur lmotion, sur laffectif, autant de choses qui nous amnent vers la subjectivit de laquelle nous devons nous dfendre. Cette subjectivit que nous navons pas rechercher, mais que nous portons quelquefois comme une charge et une croix.

Tout au contraire, notre Seigneur, comme nous venons de lentendre dans le passage de lvangile qui vient dtre proclam, nous ramne lobjectivit. Celui qui maime, cest celui qui garde mes commandements. Si vous maimez, gardez mes commandements. Celui qui a mes commandements et les garde, cest celui-l qui maime Alors voila bien, chrtiens, ce qui nous appartient de regarder, de mditer et surtout de vivre. Il vit en nous et nous vivons en lui, la mesure que nous avons ces commandements et que nous les gardons.

Mais pourquoi faire ? A cela, le passage des actes des aptres qui a servit tout lheure dptre, nous rpons merveilleusement. Transportez-vous avec ce texte jusquaux prmices de lglise dEphse. L o vous trouvez une communaut johannite, c'est--dire les disciples de St Jean-Baptiste, qui ont reu le baptme de Jean, baptme de contrition, baptme de pnitence et baptme aussi de foi, dit St Paul, dans celui qui allait venir et qui dsormais est venu, le Messie, le Sauveur, le Christ Jsus. Alors il passe du baptme de Jean-Baptiste au baptme du Christ, du baptme de leau et de la pnitence au baptme de leau et de lEsprit.

Et que se passe-t-il alors ? Sinon quils dtournent le regard deux-mmes. La question jusquici tait : Pourquoi tre fidle ? Pourquoi tre observant ? Pour soi, et soi seul. Pour soccuper de son propre salut. Mais avec le baptme du Christ et mieux encore lonction de la confirmation, le Christ avec Lui nous donne au monde. Et dsormais, nous ne sommes plus ce que nous devons tre pour nous mme, mais avec le Christ, par le Christ et pour le Christ, pour le Salut du monde. Ainsi, dit le texte : quand Paul leur eu impos les mains, lEsprit Saint vint sur eux et ils se mirent parler en langue et prophtiser.

Allez-vous parler en langue, mes trs chers frres ? Peut-tre pas. Mais assurment, vous allez prophtiser. Que dis-je ? Vous allez prophtiser, vous prophtisez. Le prophte nest-il pas celui qui di la parole de Dieu temps et contre-temps. Le prophte nest-il pas dabord le tmoin de la divinit ? Et qutes-vous ici, sinon dabord cela ? Partout o vous passez, vous tes les tmoins du Christ. Ici lon vous accueille, l on vous rejette. Mais le serviteur nest pas plus grand que le matre. Vous tes les prophtes des temps nouveaux. Vous tes les prophtes daujourdhui. Daucun, depuis 25 ans que vous parcourez ces routes de plerinage voit passer avec vous le pass. Mais cest lternit qui passe, parce que vous tes le tmoignage ternel, ininterrompu, jusqu la fin, du Dieu qui aime, du Dieu qui sauve, du Dieu qui assimile jusqu lui. Gardez les commandements que vous avez. Vivez selon le Christ, non point pour vous, mais pour le salut du monde. Telle est votre vocation. Telle est la vocation de la Chrtient.

Abb Chanut




> accueil > Le plerinage 2008 > Homlie du samedi