> accueil > Le plerinage 2008 > Homlie du lundi de Pentecte

Homlie du lundi de Pentecte


Lundi de Pentecte, 12 mai 2008,

en la cathdrale Notre-Dame de Chartres.

pre de Blignires Pour couter l'homlie, cliquez sur le lecteur ci-dessous:



Monseigneur, mes chers amis,

Au terme de notre marche, consacre la mditation des vertus, voici que lImmacule nous apparat : elle est la Mre qui donne la vie, la Femme qui rpand la douceur, lEnfant qui ranime lesprance.

I. LImmacule donne la vie, parce quelle est Mre. Si la Mre de Dieu a t prserve, ds sa conception, de toute atteinte du pch, cest pour tre le canal translucide de la naissance de Dieu en ce monde : Marie est Immacule, parce quelle est la femme revtue du Soleil de justice (cf. Ap 12, 1), qui est le Christ, elle est toute entire relative au Christ, elle nous renvoie sans cesse lui, elle forme en nous ses vertus. Marie est licne incandescente de la vie morale, elle lui donne son vrai sens : tre le rayonnement du mystre du Christ en nous ! Cest elle qui nous revt du Christ par sa mdiation maternelle. Or le Christ, lHomme-Dieu, est le seul qui puisse nous faire vivre de la vraie justice, qui est le droit des autres, reconnu et respect par nos devoirs. En une poque marque par un gocentricisme souvent dlirant, le Christ nous donne la cl de la vie sociale : fais autrui ce que tu dsires quil te fasse (cf. Mt 7, 12). Et cette attention lautre, qui suppose le renoncement, voire lhrosme, nest cependant pas une frustration, mais un panouissement : car le droit fondamental de chacun nest pas une dclaration abstraite, mais un devoir, attach la possibilit concrte de respecter autrui et de faire grandir son humanit. Eh bien, lImmacule, qui est Mre, donc source et protectrice de vie, diffuse le climat de la grce (Pguy), o le devoir est accompli de faon heureuse et vivante, comme un exercice de pit filiale. Marie a port Dieu-Enfant en son sein (Notre Dame de Guadalupe nous y renvoie), Marie a assist avec Jsus les derniers instants de saint Joseph (la vision de la Sainte Famille Fatima nous le rappelle), Marie enfin a offert au Pre la mort de son Fils : lImmacule a ainsi fait du respect de la vie, de sa conception sa fin naturelle, llment fondamental de toute existence panouie, ouverte sur sa finalit qui est Dieu. Aussi nous invite-t-elle, au-del de lgosme institutionnalis qui enferme lhomme dans lamertume dune revendication permanente, a btir une Cit de la pit filiale, o nous aiderons toutes les mres recevoir le miracle de la vie comme une nouvelle aventure de lhistoire du Christ total ; o nous accompagnerons toutes les souffrances des fins de vie, comme rayonnantes pour le salut de tous, en union avec la Passion de Jsus.

II. LImmacule rpand la douceur, parce quelle est Vierge et Epouse. Elle est la femme ternelle : Cest par Marie que le mystre mtaphysique de la femme se dvoile. Le dogme de lImmacule conception plonge dans la splendeur de laurore de la cration (Gertrud von Le Fort). LImmacule est celle qui met de lordre dans lamour . Lamour entre les hommes, cause du pch, est menac par la domination et la concupiscence. LImmacule structure lamour humain dans la force et la temprance, elle le met dans lordre : reposant dans lamour de Dieu, anim par la charit du Christ reue dans lEsprit, ordonn aux joies ternelles. LImmacule est Vierge, cest--dire femme passionne de lamour de son Crateur, tel point quil est la source vive de toutes ses autres dilections ; elle est Epouse du Saint-Esprit, qui la transforme dans lesprit des Batitudes du Christ, condens dans le Magnificat ; enfin elle est pouse de saint Joseph, et elle place ce bel amour humain dans le nimbe de la douceur divine. En un temps fltri par la violence et la sexualit dsordonne, o les pornocrates dgradent la femme en objet de consommation, nos curs ont la nostalgie de la pudeur, de lonction, de la douceur fminines. La femme doit tre par sa distinction, par sa rserve, par sa beaut sans sduction, la sentinelle de linvisible (Jean-Paul II), afin que lhomme puisse soutenu par sa compagne tre le soldat des combats de ce monde visible. Eh bien, lImmacule, la Vierge-Epouse, nous aidera reconstruire une Cit du respect de la femme. Cest le catholicisme qui a nonc sur la femme les propositions les plus fortes qui aient jamais t prononces (Gertrud von Le Fort). Loin du modle repoussant de lrotisme des socits occidentales, loin de la dgradation rvoltante de la condition de la femme en islam, lImmacule fera refleurir la discrtion, les modes et le langage qui sont ceux de mres, dpouses et de surs chrtiennes, conscientes de leur immense influence sur leurs compagnons masculins. LImmacule nous donnera de vivre les combats du courage et de la belle chastet, dans une courtoisie qui est fleur de charit, et dans le charme dune douceur qui vient dun autre monde.

III. LImmacule ranime lesprance, car elle est lEnfant par excellence. Elle celle dont tout ltre, ds le premier instant de la conception, est un don de grce. Au moment mme o elle est cre, le baiser du Verbe ternel la touche si intimement quelle est rachete dune faon plus admirable encore (Bx Pie IX) : elle est dun seul coup pleinement russie, tant dans lordre de la nature que dans celui de la grce, elle est bellement et simplement enfant de Dieu. Elle est celle qui sort en riant, comme une aurore tout de suite brillante, des mains du Crateur, celle qui charme son cur, telle une enfant gracieuse qui rjouit ses parents. Cest pourquoi elle nous rafrachit dans lesprance, comme le font tous les enfants. Le simple fait de la regarder, ou plutt de nous laisser regarder par elle, nous rassrne et nous dynamise. Le regard de la Vierge est le seul regard vraiment enfantin, le seul regard denfant qui se soit lev sur notre honte et notre malheur , nous dit Bernanos. Et ce regard transmet, de faon approprie notre timidit, le pardon du Christ, il fait refleurir en nous la petite sur esprance : Ce regard est celui de la tendre compassion, de la surprise douloureuse, don ne sait quel sentiment encore, inconcevable, inexprimable, qui la fait plus jeune que le pch, plus jeune que la race dont elle est issue et, bien que Mre par la grce, Mre des grces, la cadette du genre humain. Nous sentir regards par elle, qui est totalement, comme personne cre, de notre ct, cela infuse en nous la certitude dtre aims, tels des enfants blesss, du Dieu dont elle est lEnfant toute innocente. Ce regard enfantin se porte sur tout tre humain, si handicap, si douloureux et contradictoire quil soit. Il nous rappelle la dignit incommensurable de la personne humaine, dont la nature a t cre limage de son Fils, et qui est personnellement appele lAlliance ternelle. Quelles que soient ses misres, lhomme a une certitude panouissante, transmise par le beau regard dune Enfant : il est aim dun mystrieux amour, ternel comme Dieu, et fidle comme le Christ. En un temps de relativisme, de fausse prudence, de domination matrialiste de largent, quel trsor communiquer tous que cette certitude ! LImmacule nous aidera, par del les tristes cits de la dsesprance, bornes par linjustice, labsurde et la mort, construire, comme lieu de lamiti politique et de la prudence qui conduit vers le Ciel, une Cit de ladmiration. Une socit, non plus obnubile par la construction utopique du meilleur des mondes , mais responsable du prochain concret, et ouverte sur lternel. Une cit attentive stonner, remercier, combattre certes le mystre diniquit, mais en sextasiant dabord du mystre de bont, dont lImmacule est le reflet le plus pur. Une cit, non plus affaire autour du seul rendement matriel et de lefficacit tout prix, mais qui prend son temps pour la vie de lesprit, pour lart, et pour ltonnement (car une socit o plus rien ntonne serait le parvis de lenfer). Une cit qui sait que le rel est plus grand que nous, et qui fait de la recherche du vrai le premier des droits, en respectant les cheminements de chacun et le mystre des liberts. Une cit de lesprance, o lenfant et le jeune sont heureux, parce que, au lieu de se voir enferms dans leur narcissisme, ils aperoivent un but qui les dpasse : aims sans tre aduls, ils sont encourags et sanctionns, et reoivent les repres de la loi naturelle et de la loi du Christ, conditions de leur libert. Une cit de ladmiration est une cit o lducation est la premire charit, car elle prpare des amants de la beaut spirituelle (S. Augustin), limage de Celle qui gardait sans cesse, au milieu des plus humbles tches, le regard de son cur sur la Beaut souffrante et transfigure du Christ (cf. Lc 2, 19 et 51).

Conclusion.
Mes chers amis, lImmacule, notre vie, notre douceur et notre esprance, nous demande dtre les aptres des vertus quelle met sous nos yeux de faon si enthousiasmante. Aprs ces trois jours si riches, que faire ? Si ce nest donner aux autres la joie de ce trsor ! La chrtient est prcisment une Cit de la pit filiale, du respect de la femme et de ladmiration, dont lImmacule nous rvle la splendeur et le rayonnement apostolique. LImmacule nous a donn Fatima un grand moyen pour faire rayonner sur les autres le bonheur de connatre le Christ, et ainsi obtenir la conversion de nos nations et la paix : cest la communion rparatrice des cinq premiers samedis du mois. Une croisade de plerins sanctifiant les premiers samedis, en lhonneur du Cur immacul, sassociant massivement aux Rosaires pour la vie dans nos Cathdrales, en accord avec les pasteurs, produira des fruits immenses de saintet. Pourquoi ngliger ce pacifique moyen, qui serait aussi un puissant tmoignage dunit spirituelle de tous ceux qui dans la communion de lEglise sont attachs aux pdagogies traditionnelles de la foi ? Amis plerins, en ce cent-cinquantime anniversaire de Lourdes, lheure est favorable ! Le monde fatigu, issu des fausses Lumires, se fissure, et ne diffuse plus quimpuissance aimer et angoisse de lme. Ceux qui gmissent sous la dictature du relativisme, sous la tyrannie de lhdonisme, ou sous le joug mental de lislam, attendent que vous les meniez, par la grce de la communion rparatrice, lImmacule. Pour eux aussi, la tristesse du vieux monde doit seffacer devant la joie de lImmacule, notre vie, notre douceur et notre esprance.

fr. Louis-Marie de Blignires


Note: La messe du Lundi de Pentecte Chartres a t clbre par le pre de Blignires, suprieur de la Fraternit Saint Vincent Ferrier, dans le rit dominicain traditionnel. Pour plus d'informations sur ce rit, cliquez ici.


> accueil > Le plerinage 2008 > Homlie du lundi de Pentecte