Notre-Dame de Chrétienté - pèlerinage de Pentecôte de Notre-Dame de Paris à Notre-Dame de Chartres

     

Agenda

Voir tout » l'agenda.
Voir tout » l'historique de l'agenda.



Le pèlerinage 2017

Revoir la messe en direct à Chartres:




> accueil > Le pèlerinage 2006 > dimanche

DIMANCHE 4 JUIN 2006

FORET DE RAMBOUILLET

SERMON DU R.P.
ALAIN HOCQMILLER
supérieur de la communauté
de la Sainte-Croix de Riaumont







Pour écouter l'homélie, cliquez sur le lecteur ci-dessous:


      durée: 17mn


Au nom du Père
et du Fils
et du Saint Esprit. Amen.

« Celui qui m'aime garde mes commandements ! »
Venez, Esprit Saint
Venez allumer en nous le Feu de votre amour !

Venez, Esprit Saint ,
en ce dimanche de Pentecôte,
comme autrefois sur les tables de pierre,
les dix commandements de Moïse ;
venez écrire en lettres de feu dans nos cœurs de chair
la loi du Christ, la loi d'amour !


Venez écrire, en lettres de feu, dans le cœur des enfants
le 4ème commandement Dieu,
« tu honoreras ton père et ta mère »
loi des familles,
flamme qui illumine et qui réchauffe la maison du chrétien :
domus christiani !
Flamme qui fait de la famille un foyer,
qui répand la paix, la joie, le réconfort dans un monde tourmenté.

***

Ils sont venus, ces temps troublés dont parle saint Paul
« où les hommes sans Dieu ne supportent plus la saine doctrine » 2Tim 4-3

Ils n'ont pas voulu reconnaître les droits de DIEU ;
« ils ne lui ont pas rendu gloire ni actions de grâces,
alors ils ont perdu le sens dans leurs raisonnements
et leur cœur inintelligent s'est enténébré :
dans leur prétention à la sagesse, ils sont devenus fous ! » Rom 1-21

Ils ne savent plus où ils habitent !
Ils ne savent plus ce que c'est qu'une famille ;
ils ne savent plus qu'il faut un père et une mère pour élever un enfant !

Et ils prétendent gouverner le monde ?

***

Seule dans un monde qui dénigre la famille,
qui piétine l'autorité sacrée des parents,
qui jette les enfants par centaines de milliers
dans le désordre, le péché, la délinquance et le désespoir ...
Seule,
illuminée par la Foi,
dirigée par l'Esprit Saint
l'Eglise catholique se lève pour rappeler aux hommes
les évidences de la loi naturelle :
la grandeur et la dignité de la famille.

Soyons fiers de notre foi !

Le quatrième commandement
nous dit le catéchisme de l'Eglise catholique
s'adresse expressément aux enfants dans leurs relations avec leurs père et mère, parce que cette relation est la plus universelle...
Mais Il s'étend aussi aux devoirs
des élèves à l'égard du maître,
des employés à l'égard des employeurs,
des subordonnés à l'égard de leurs chefs,
des citoyens à l'égard de leur patrie. CEC 2199

Car la famille est centrale dans le plan de Dieu,
elle est fondamentale ;
cellule de base de la société,
elle est le modèle de toute vie en commun, de toute vie sociale.
Quand la famille est malade, c'est toute la société qui souffre d'un redoutable cancer.

Non, ce n'est pas à l'homme, fût-il député, ministre ou président ;
ce n'est pas à l'homme d'inventer et de réinventer la famille !
« En créant l'homme et la femme,
Dieu a institué la famille humaine et l'a dotée de sa constitution fondamentale.
Un homme et une femme unis en mariage forment avec leurs enfants une famille.
Cette disposition précède toute reconnaissance par l'autorité publique; elle s'impose à elle. » CEC 2203

Seule,
illuminée par la Foi,
animée par l'Esprit Saint,
l'Eglise catholique élève la voix pour rappeler aux hommes
les évidences et les exigences de la loi naturelle ; car sans la grâce de Dieu
les hommes sont incapables de réaliser leur vocation, même naturelle.

« Dieu a voulu qu'après Lui, nous honorions nos parents à qui nous devons la vie et qui nous ont transmis la connaissance de Dieu. Nous sommes tenus d'honorer et de respecter tous ceux que Dieu, pour notre bien, a revêtus de son autorité. » CEC 2197
Car les humbles paternités de la terre
sont le reflet et l'image
de la bonté du Père des cieux
« de qui toute paternité au ciel et sur la terre, tire son nom. » Eph 3-14

***

Le monde se dresse orgueilleusement contre cet enseignement ;
les sirènes de la culture de mort
nous chantent sur tous les tons
que l'homme n'a que faire de la famille ;
que la famille entrave la liberté,
qu'elle étouffe la spontanéité,
qu'elle est un vestige d'une époque patriarcale révolue
dont le progrès a eu raison.

Ce monde incite les enfants à la rébellion et les parents à la démission.

« Les hommes », paraît-il, « naissent libres et égaux en droits » ...

Formule ambiguë,
source empoisonnée d'où découlent mille contre-vérités.

Formule viciée qui dresse
les enfants contre les parents,
les ouvriers contre les patrons,
les élèves contre les maîtres.

***

Non, l'homme ne naît pas libre !
Il naît faible et démuni ;
il naît vulnérable et menacé ;
plus que jamais menacé, d'ailleurs,
par cette société qui lui chante qu'il naît libre
mais qui lui retire d'abord le droit de naître !


Dites-moi : Qu'est-ce que la liberté du petit homme qui naît ?
S'il survit au fléau criminel de l'avortement,
le nouveau-né n'a que faire de cette liberté individuelle théorique,
qu'on ne lui donne d'une main que pour mieux la lui retirer de l'autre
quand on met en péril sa famille !
Le petit homme n'a que faire
de cette pitoyable caricature de liberté au nom de laquelle
on le prive de ses véritables intérêts
on l'expose à tous les dangers !

La véritable liberté d'un enfant est dans les mains de ses parents !
Elle n'est protégée que par des parents qui, fidèles à leur mission sacrée
sont prêts à faire, justement, le sacrifice de leur propre liberté, de leur tranquillité, de leur confort, de leur caprices,
pour se mettre au service des enfants auxquels ils ont donné la vie.

Qui dira les renoncements, les sacrifices sur lesquels s'édifie la famille,
surtout dans une société qui bafoue sa dignité et ses légitimes privilèges ?
Qui dira les inquiétudes, les peines, les fatigues, les soucis des parents qui tissent au fil des ans l'histoire de la famille ? Ils sont le terreau aride sur lequel poussent, avec la grâce de Dieu, les joies les plus pures.
Aimer, c'est tout donner !
Le premier droit de l'enfant,
son véritable bien,
est d'avoir une famille stable, sereine, unie autour de son chef, le Père de famille !

Pour protéger l'enfance contre les assauts furieux du monde,
nos familles doivent être des remparts
elles doivent être des citadelles !

Quoiqu'il en soit de cette liberté civile
très théorique et bien encombrante
dont l'affuble la théorie des droits de l'homme ;
au plan naturel, déjà,
l'homme réel ne naît pas libre :
il naît lié
à des parents, à une famille, à une cité, à une patrie ;
il leur est redevable de sa vie, de sa survie naturelle,
mais encore de tous les bienfaits qui feront de sa vie une existence humaine.

L'homme naît redevable à sa famille et à sa Patrie de biens inappréciables ,
d'une dette dont il ne pourra jamais s'acquitter.

L'homme libre de toute famille, c'est l'enfant loup, qui n'est pas beau à voir !

***

L'Esprit Saint, parlant par les prophètes,
ne nous dit pas, Lui, que l'homme naît libre.
Au plan surnaturel,
il nous dit au contraire que l'homme naît esclave,
esclave du péché.

Ps.50 -7 Vois: mauvais je suis né, pécheur ma mère m'a conçu.
Jn 8-34 En vérité, en vérité, je vous le dis, quiconque commet le péché est esclave.


Et il n'est pas pédagogique,
permettez à un éducateur de vous le dire,
Il n'est pas pédagogique du tout de dire à un enfant, esclave de ses caprices, qu'il est libre en droit.
Il en conclut immanquablement
qu'il a le droit d'être libre
de faire ce qu'il veut quand il veut et comme il le veut ;
et que vous n'avez pas le droit, vous, de lui dicter sa conduite.

Pères et mères de famille,
L'homme ne naît pas libre, ni en fait, ni en droit !
Ces enfants, vos enfants,
que nous voyons avec bonheur marcher chaque année en tête de ce pèlerinage,
ces enfants ne sont pas libres !
Ils marchent, à votre suite, vers la liberté.
La liberté est l'objet d'une conquête
et cette conquête ne peut se faire qu'avec la grâce de Dieu !

Et nous mêmes, adultes, serons toujours sur cette terre,
en pèlerinage vers la liberté véritable !
Toute éducation est une marche, marche exaltante, magnifique
un pèlerinage, un exode à travers le désert spirituel
une marche vers la Terre Promise !

Pères de famille,
vous êtes chefs au sens où Moïse était chef du peuple de Dieu,
au sens où le Christ lui-même est Chef, Tête de l'Eglise.
« Il l'a aimée, et s'est sacrifié pour elle. » Eph 5-25
Votre autorité, votre responsabilité sont sacrées.

***

La famille est, selon l'enseignement de la tradition :
« Ecclesiola » : une petite Eglise
le première réalisation de l'assemblée des enfants de Dieu.
une Eglise en miniature, une Eglise en tout petit,
le sanctuaire où se transmet la vie, don de Dieu.

Rien de ce qui fait les joies de la famille n'est étranger à Dieu
rien n'est profane,
tout se passe sous le regard de Dieu !

Quand vous avez fait faire à ces enfants leurs premiers pas :
Dieu vous regardait, Dieu vous bénissait !
ces enfants que nous voyons maintenant péleriner gaillardement :
premiers pas dans la vie,
premiers pas vers le Ciel !

« Ecclesiola » : la famille est la première école de la foi et de la morale.
Ces enfants que Dieu vous confie, c'est de vous, c'est sur vos genoux qu'ils doivent apprendre à chanter leurs prières, à réciter leur premier catéchisme.

« La famille est la communauté dans laquelle, dès l'enfance, on peut apprendre les valeurs morales, commencer à honorer Dieu et à bien user de la liberté. La vie de famille est initiation à la vie en société. »CEC 2207
« Les parents, parce qu'ils ont donné la vie à leurs enfants,
ont la très grave obligation de les élever
et, à ce titre, ils doivent être reconnus comme leurs premiers et principaux éducateurs.
Le rôle éducatif des parents est d'une telle importance que, en cas de défaillance de leur part, il peut difficilement être suppléé. »

Ici, permettez à l'éducateur de confirmer de sa courte expérience ce que l'Eglise enseigne depuis deux mille ans. Oui il est difficile, bien difficile, de bâtir ce que l'absence ou la négligence des parents n'ont pas su ou pu construire.
La volonté, le plan du Dieu créateur, c'est que l'enfant apprenne à lire le bien et le mal dans les yeux de ses parents. Pour un enfant, selon le plan de Dieu,
Le Bien, c'est quand maman sourit,
le Mal c'est quand papa se fâche !
C'est vrai, parce que papa l'a dit.

Quelle responsabilité !

« C'est aux parents, dit encore le catéchisme de l'Eglise catholique, de créer une atmosphère familiale, animée par l'amour et le respect envers Dieu et les hommes, telle qu'elle favorise l'éducation totale, personnelle et sociale, de leurs enfants. La famille est donc la première école des vertus sociales dont aucune société ne peut se passer."

Pères et mères de famille, n'abandonnez à personne le soin de l'éducation de vos enfants! Si vous en déléguez une partie à d'autres : éducateurs, professeurs ou aumôniers, choisissez-les en conscience et quand vous les avez choisis, soutenez-les de façon loyale, afin que jamais vos enfants n'aient la sensation d'échapper à votre autorité !

La famille est « Ecclesiola » : une petite Eglise ;
une maison de prière,
un temple où l'on s'assemble pour prier.

Pères et mères de famille,
ne faites pas de votre famille une maison sans Dieu
ne faites pas de votre famille une cité laïque,
où chacun prie dans son coin, éventuellement ;

Ne faites pas de votre famille une tour de Babel de plus !

Vous finiriez par parler l'un pour l'autre et vis à vis de vos enfants une langue étrangère !

***

Aimer, c'est tout donner
c'est donner pour toujours !

En cette fête de la Pentecôte, en nous donnant l'Esprit Saint,
Dieu se donne tout entier,
et il nous donne de savoir aimer toujours.

Aujourd'hui, que monte vers l'Esprit consolateur
la voix mêlée de sanglots d'une génération d'enfants qui n'a pas été aimée,
abandonnée par tant de parents qui n'ont pas voulu s'unir devant Dieu
ou qui se sont laissés diviser ;
abandonnée par tant de paroisses désertées de leur prêtre ;
abandonnée par l'Etat qui trahit toujours plus gravement sa mission sacrée de soutien des familles.

Alors, pères et mères de famille,
dans le plan de Dieu, la famille est l'avenir du monde.

Ce que Dieu a uni,
que l'homme ne le sépare pas !

« Ecclesiola »
Votre famille est une église,

Ce que la Sagesse de Dieu a prévu et ordonné,
que la folie de l'homme ne le déchire pas !
Ce que la puissance de Dieu a bâti,
que la faiblesse de l'homme ne le détruise pas !
Ce que la sainteté de Dieu a béni et consacré
que le péché de l'homme ne le profane pas !

Au nom du Père
et du Fils
et du Saint Esprit. Amen.
haut de page


> accueil > Le pèlerinage 2006 > dimanche

accueil plan du site presse accès membres dons
2054846 visiteurs © Copyright 2017 - www.nd-chretiente.com mail: facebook twitter
Notre-Dame de Chrétienté 191 avenue du Général Leclerc 78220 Viroflay - Tél: 01.39.07.27.00 - Fax: 09.57.48.16.33