> accueil > Le plerinage 2003 > Argumentaire contre la suppression dun jour fri

ARGUMENTAIRE contre la suppression dun jour fri :
Les jours fris structurent notre vie nationale


La Fte de Pentecte est une grande fte :

1. La Pentecte est l'une de nos 3 ftes majeures avec Nol et Pques. Le Lundi est le prolongement naturel de cette fte majeure et en souligne limportance depuis des temps immmoriaux. Il est un jour fri lgal en France, depuis 1886.

2. En l'an 2000, loccasion du Jubil, les vques avaient choisi cette fte de la Pentecte, fte du Saint Esprit de lEglise et de la Mission en organisant un grand rassemblement. Notre-Dame de Chrtient avait alors accept de dcaler son plerinage au week-end du 8 mai pour que les fidles puissent y participer. Il serait incohrent d'abandonner ce triduum aprs en avoir soulign limportance.

3. Le cardinal Lustiger s'exprimant sur RTL le jeudi 28 aot 2003 propos du choix ventuel du Lundi de Pentecte a tenu prciser qu'une consultation des autorits religieuses tait ncessaire . Mgr Lalanne, secrtaire gnral de la Confrence des Evques de France, s'exprimant dans le Parisien Libr du vendredi 28 aot a confirm cette exigence.

Il serait donc totalement inadmissible que le Gouvernement puisse prendre cette dcision sans consulter officiellement les vques, en raison de leur charge et de leur autorit. Il serait grossier quil ne leur laisse pas le temps de se concerter ( par exemple Lourdes, du 4 au 10 novembre prochains).

4. On est fond penser que nos vques ne lcheront pas sur ce point, dautant plus que le Pape, de son ct, fait tout pour que soient inscrites les rfrences Dieu et lhritage chrtien dans la Constitution europenne. Le Pape rappelle cette occasion le devoir des vques, gardiens de la Foi et dfenseurs de la Civilisation chrtienne.

Les consquences de la suppression

5. La suppression du Lundi de Pentecte aurait un effet domino sur la clbration des autres octaves, vigiles et ftes : suppression du lundi de Pques, dplacement au dimanche le plus proche de la clbration en semaine des autres grandes ftes : lAscension, lAssomption, la Toussaint, Nol, etc

A terme, toutes les grandes ftes disparatraient du calendrier civil, dans la mesure o leur clbration ne serait plus marque par un jour fri exceptionnel : qui sait situer la fte de la Trinit ? ou la Fte Dieu, hormis le petit nombre des pratiquants ? Le risque de remplacement par dautres ftes ( dautres religions ou profanes : fte de la Libert ; de lEgalit, de la Fraternitde la Paix) ne serait pas nul ( la vie sociale pour se structurer, a besoin de ftes).

6. Ce Lundi de Pentecte est un des repres chrtiens qui restent encore, aujourd'hui mme, dans la socit civile. Sa suppression minimiserait encore le caractre visible de la religion catholique en France.

Oui aux jours fris qui structurent la vie nationale, non aux 35 heures qui consacrent lindividualisme franais.

7. Lautre effet de domino se propagerait dans les autres pays europens : Si la France supprime le caractre fri du Lundi de Pentecte, il est vraisemblable que les 11 pays europens qui lont conserv labandonnent ; la France nest-elle pas la Fille ane de l Eglise ?

8. Sur le plan de l'efficacit, il est paradoxal de constater qu'aprs avoir bien identifi un problme :

- l'abandon des personnes ges dans certaines familles,

- le dsert des services de sant en aot quand tous les Franais partent en vacances,

le gouvernement envisage la suppression dun jour fri en mai/juin qui ne remdie en rien cette double insuffisance : pas de politique familiale, de respect de la vie et de solidarit entre gnrations, pas de mesures sanitaires annonces pour assurer la continuit des services en t.

9. Autres consquences : sociales et conomiques (certains vnements grand public ncessitent trois jours, tels la feria de Nmes, etc..), familiales ( certaines runions ne peuvent se faire que grce ces trois jours eu gard lparpillement des familles)

Des solutions alternatives :

10. Rcupration dune ou plusieurs journes de RTT ( la rcente loi instituant les 35 heures a t vivement critique par tous les experts pour ses consquences nfastes tant sur le plan conomique que social).

On pourrait galement envisager un regroupement des journes commmoratives pour tous les morts, y compris les morts pour la patrie des guerres gagnes ou perdues ( pourquoi pas le 2 novembre ?), ce qui permettrait de supprimer les commmorations du 8 mai et du 11 novembre qui peuvent tre perues comme un obstacle lunit europenne.

Conclusion :

11. Excellente adresse, G. Schroeder, du Cardinal Meisner, vque de Cologne, confront au mme problme : La culture des jours de fte n'est pas fonde sur une pense conomique, mais est le rsultat d'une tradition et d'une culture. Si nous rendons cette tradition, grandie avec nous, changeable et ngociable comme des chemises et des pantalons, nous ne devons pas nous tonner si les lments donnant un sens notre vie se perdent. La Bible continue d'avoir raison en nous enseignant : 'L homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu '. Une conomie dgrade doit tre rpare par des actions propres lconomie et non pas en abolissant des ftes religieuses.

12. NOTA : Le Prsident de lassociation a crit au Premier Ministre avec copie personnalise au Nonce Apostolique, au Prsident de la Confrence Episcopale, ainsi qu tous les vques de France.

En outre, un dossier dinformation sur ce problme a t adress un certain nombre de personnalits vaticanes.
haut de page

> accueil > Le plerinage 2003 > Argumentaire contre la suppression dun jour fri