imprimer

> accueil > Le plerinage 2006 > Le mot du prsident

Le mot du prsident pour le plerinage 2006


Pentecte 2006
Aimer, cest tout donner
Famille, foyer de charit, berceau de chrtient

Depuis bientt 25 ans, qu la suite de Charles Pguy, nous plerinons chaque anne, la Pentecte, sur la route de Chartres, nous navons de cesse de proclamer notre volont de travailler lavnement du rgne social de Notre Seigneur Jsus-Christ. Pour faire court, ce but ultime de notre engagement nous lappelons la chrtient .

Si le but est clair, latteindre nest pas facile. Il y a tant faire !
Faut-il changer les institutions dont le Pape Pie XII disait que delles dpend le salut ou la perte des mes ? Sefforcer de gouverner la cit dans un esprit de charit politique ? Grer lconomie et rformer les relations sociales de faon mieux correspondre aux principes de la doctrine sociale de lEglise ? Librer lcole ? Dfendre la famille ? Tout cela est ncessaire. Mais par o commencer ?

Pour commencer, il faut nous convertir nous-mmes, vouloir vivre de la vie mme du Christ (rappelez-vous la remarquable homlie prononce par le Cardinal Castrillon Hoyos Chartres la Pentecte 2001). Cest la conditions mme de notre efficacit : sans moi vous ne pouvez rien faire disait Jsus ses disciples.

Se convertir, cest lobjet de tout plerinage. Mais, pour un plerinage de chrtient, il faut aller plus loin, il faut vouloir incarner son engagement dans la vie sociale. Et puisquil faut choisir un domaine privilgi par lequel commencer, nest-il pas logique de tout reprendre la base, et la cellule de base de la socit cest la famille. On laffirme lenvie ; il faut le vivre. La famille est au cur de la civilisation ; elle en est le creuset. Pour nous elle est, et doit tre, le berceau de la chrtient.

Une famille, nous en avons tous une, imparfaite sans doute, insuffisante malheureusement peut-tre ; mais nous sentons bien que cest par elle que tout naturellement sest opr, ou aurait d soprer, notre insertion dans la socit, dans la vie de la cit comme dans la vie de lEglise. Parce que les parents sont naturellement responsables des enfants auxquels ils ont donn la vie, il leur revient dassurer leur ducation et de leur procurer lindispensable bagage spirituel et moral, intellectuel et professionnel qui leur permettra de conduire leur vie conformment leur vocation
Ainsi donc, la famille est le creuset o se forge en premier une civilisation et un art de vivre. Pour nous, chrtiens, cette civilisation et cet art de vivre reposent sur lEvangile : cest la civilisation de lamour, cet amour fraternel dont le Christ lui-mme, nous a dit quil est la marque distinctive laquelle on reconnatra ses disciples (Jean XIII, 35).

Nous vient alors lesprit, cette affirmation de Sainte Thrse de Lisieux aimer cest tout donneret se donner soi-mme .
Aimer cest tout donner : pour nous chrtiens, cette affirmation na rien de surprenant. Cest lessentiel du message vanglique. Le Christ la vcu, combien totalement, offrant sa vie sur une croix et son corps et son sang dans le sacrement de lEucharistie

Aimer cest tout donner : les aptres lont vcu, et les martyrs, et ces saints moines doccident qui firent lEurope chrtienne, et ces saints missionnaires vanglisateurs travers le monde, et tous ces prtres, religieux et religieuses qui, aujourdhui encore, sont totalement consacrs au service de Dieu et de leurs frresMais cest aussi notre programme de vie, nous lacs qui le Pape Jean-Paul II rappelait quaujourdhui il nest permis personne de rester rien faire ( il parlait de notre engagement de chrtien), tandis que son successeur, le Pape Benot XVI, nous incite vivement aller travailler la vigne du Seigneur .

Aimer cest tout donner : pour la plupart de nos contemporains, cette affirmation dpasse lentendement. Comment, aimer ne serait-ce pas plutt sapproprier ?

Et voil que Sainte Thrse insiste : aimer cest tout donner et se donner soi-mme . Alors, l, cest un comble ! donner de son superflu passe encore, mais se donner soi-mme , voil une gnrosit qui na plus cours, une poque o la publicit et les mdias flattent notre ego et nous invitent plutt nous enrichir, dfendre nos acquis, exercer nos droits ( plus que nos devoirs), vivre et jouir sans contrainte , bref, nous faire plaisir !
Oui, il y a loin de lamour-don de notre idal chrtien , lamour-accaparement qui caractrise nos temps redevenus barbares.
Retrouver le vrai sens de lamour, cest la premire tche laquelle satteler pour restaurer la civilisation chrtienne.

Aimer cest tout donneret se donner soi-mme : cette vrit, il faut la mditer, il faut en tmoigner. Cest ce que nous nous efforcerons de faire au cours de notre prochain plerinage de Pentecte.
Essayons de vivre cet idal en famille, essayons de le vivre avec nos proches, faisons-le rayonner, afin que pendant ces trois jours de Pentecte et au-del, notre plerinage soit vraiment missionnaire.

Hubert de Gestas
Prsident

haut de page

> accueil > Le plerinage 2006 > Le mot du prsident

www.nd-chretiente.com